Les paysages étonnants de Julie Caissie

Conjuguant la photographie et la peinture, Julie Caissie propose une nouvelle exposition qui pose un regard neuf sur le paysage.

Julie Caissie présente l’exposition L’intersection du point dans le hall d’entrée du Théâtre Capitol à Moncton où elle invite le public à redécouvrir le paysage naturel. La collection rassemble 15 grandes œuvres qui tissent un lien entre la photographie numérique et la peinture contemporaine. Profondément inspirée par son environnement, Julie Caissie brise les frontières de deux médiums. Sur ses grandes photographies du littoral acadien, elle a peint des formes (lignes, points, carré, cercles, traits, etc.) aux couleurs vives telles le turquoise, le rose, le bleu ou encore l’orange. Ces compositions transforment ainsi le paysage en surprenant le spectateur.

«J’adore le paysage, c’est à la base de mon travail depuis plusieurs années. Même les tableaux abstraits que j’ai faits l’année passée, je retrouvais le paysage dedans. Je passe beaucoup de temps en nature et pour moi, c’est normal de regarder le chemin, la neige, la terre, le sable, et de voir des tableaux partout. Je vois la nature en tant que composition», a indiqué Mme Caissie, au cours d’un entretien avec l’Acadie Nouvelle.

L’artiste a passé l’hiver 2016 dans la maison familiale à Petit-Cap près de Cap-Pelé. C’est à cet endroit qu’elle a pris toutes ses photographies. Par la suite, elle a sélectionné 15 images qu’elle a imprimées sur du papier Somerset (traditionnellement utilisé pour l’estampe). Elle a peint des formes abstraites sur les photographies, en utilisant de l’acrylique et de l’huile. La photographie et la peinture, étant deux médiums complètement différents, lui permettent d’explorer différentes facettes de sa personnalité artistique.

«Quand on prend une photo, on capte un moment tandis qu’avec le pinceau, on interprète plus un mouvement, une émotion ou une sensation. Les deux me fascinent autant que l’autre», a-t-elle poursuivi.

Guidée par l’instinct, elle se laisse émerveiller par l’énergie qui veut surgir. Elle s’inspire beaucoup du mouvement et du travail corporel.

«Avant de réaliser un tableau, je vais sauter, danser, faire du yoga, méditer. Le yoga c’est important dans ma vie et maintenant, il y a aussi la danse contemporaine. J’essaie de ressentir ce qui se passe dans mon corps et de le faire sortir par la peinture. Quand je crée, je laisse l’énergie créer à travers moi. Il y a une magie qui se passe. Je ne me pose pas de question et j’écoute mes intuitions. C’est un peu comme si je laisse le paysage parler à travers la peinture.»

Julie Caissie présente l’exposition L’intersection du point au Théâtre Capitol. – Acadie Nouvelle: Sylvie Mousseau

Stationnement privé

En plus de présenter une exposition au Théâtre Capitol, l’artiste de Moncton propose une installation sur le mur des membres de la Galerie Sans Nom au Centre culturel Aberdeen. Intitulée Stationnement privé, l’installation de peintures, de photographies et d’objets rend hommage à son père. C’est présenté jusqu’au 31 mars. Son exposition au Théâtre Capitol est en montre jusqu’au 27 avril.

Julie Caissie fera partie aussi d’une exposition collective d’artistes émergents à la Galerie Colline à Edmundston qui partira en tournée au Québec en septembre 2017. Cette artiste native de Moncton a fait des études en arts visuels (photographie et estampe), en design de la mode et en peinture, à Moncton, Montréal et New York. Depuis qu’elle a vendu son café il y a deux ans, elle se consacre entièrement à sa pratique artistique. Plusieurs personnes ont assisté à son vernissage au Théâtre Capitol.