Izabelle sillonne les routes de l’Atlantique

Izabelle a entamé avec vigueur sa tournée en Atlantique. Pour cette première série de plusieurs spectacles, la chanteuse à la voix puissante revisite son matériel original surtout en français, en plus d’offrir des pièces ayant marqué son parcours.

Reconnue pour son énergie et ses spectacles qui déménagent, Izabelle Ouellet présente ses concerts dans 13 villes de l’Atlantique en plus d’offrir des prestations dans les écoles. Après quelques jours de tournée, elle se réjouit de l’accueil du public.

«Ça se passe super bien. Il y a plein d’énergie et le monde embarque. Je ne savais pas à quoi à m’attendre, surtout dans les salles parce que je n’ai pas fait beaucoup de spectacles en salle dans ma carrière. Il y a du monde, ce qui me surprend parce qu’on sait qu’en ce moment, c’est difficile de faire sortir les gens. Ça promet pour le reste de la tournée», a exprimé l’auteure-compositrice-interprète.

C’est la première fois qu’elle entreprend une aussi vaste tournée de la côte Est avec son propre matériel en français. Celle qui a fait paraître un premier disque en français de six chansons en 2015 a envie de transmettre toute son énergie au public.

Elle est accompagnée des musiciens Christian Boulay (basse), Mike Bourgeois (guitare) et Danny Bourgeois (batterie). L’artiste qui chante avec le groupe rock Angry Candy depuis plus d’une décennie, fait partie aussi du projet blues Izzy and the Prohibition et du collectif l’Acadie, un pays qui se raconte présenté plus de 90 fois en Europe. Cette fois-ci, c’est son univers personnel au style pop-rock qu’elle partage avec le public dans une tournée qui l’emmènera jusqu’à Terre-Neuve.

«Je suis une fille d’énergie, donc ça transparaît dans mes chansons. J’ai essayé d’ajouter des chansons qui ont soit une influence sur ma carrière ou qui m’ont marqué d’une manière ou d’une autre. Il y a vraiment une raison qui fait que je chante telle ou telle chanson dans le spectacle», a-t-elle poursuivi.

Elle reprend, entre autres, des pièces d’Angry Candy et de la rockeuse québécoise France D’Amour. Izabelle rêvait depuis longtemps d’effectuer cette tournée solo.

«C’est ça le rêve de chaque artiste. Tourner avec mon propre matériel, il n’y a pas de plus beau cadeau pour moi», a exprimé l’artiste qui a fait un retour récemment au théâtre dans la pièce Le Christ est apparu au Gun Club.

Le voyage, la tournée et la route constituent de grandes sources d’inspiration pour la chanteuse. Elle a déjà quelques nouvelles compositions en chantier qu’elle se propose de partager avec le public.

«Je suis tout le temps en train d’écrire. Quand j’étais en Europe, j’écrivais. Et depuis que je suis arrivée, j’écris en vue possiblement d’un album bilingue qui s’en viendra cette année. Je travaille dessus, mais je n’en parle pas trop parce que je ne veux pas me donner d’échéancier», a ajouté l’artiste qui trouve souvent ses inspirations lorsqu’elle est en voiture.

«Il y a tellement de choses qui se passent en tournée et sur la route, que je ne peux pas faire autrement que d’être inspirée.»

La tournée d’Izabelle se poursuit jusqu’au 8 avril. Vendredi, elle sera au Centre des arts d’Edmundston. D’ici au 8 avril, elle s’arrêtera notamment à Halifax, à Campbellton, à Grand-Sault, à Moncton, à Caraquet, à Tracadie, à Lamèque et à Saint-Jean.

Cette vaste tournée découle de la FrancoFête en Acadie où les diffuseurs membres de RADARTS lui ont décerné le prix de la Tournée Assomption Vie-Radio-Canada.