Quand la danse vient en aide aux troubles d’apprentissage

Fort d’une première expérience qui a permis de «roder» l’événement, le Centre d’intervention en troubles d’apprentissage (CITA) du Nord-Ouest propose du 24 au 26 mars sa deuxième compétition de danse, Feel the Beat, une activité pour financer son fonctionnement.

La directrice du CITA, Josée Campeau, souligne que l’événement prend de l’ampleur. Plus de 500 participants en provenance de l’Atlantique, du Québec et du Maine seront présents, comparativement aux 350 inscriptions reçues en 2016.

Les participants proviendront d’écoles de danse des régions de Moncton, de la Péninsule acadienne, de la Baie-des-Chaleurs, d’Edmundston ainsi que du Québec (Pohénégamook, Rivière-du-Loup et Québec).

Les compétitions de danse seront présentées à la polyvalente la Cité des Jeunes tandis qu’un volet-conférence est offert au Centre des congrès d’Edmundston.

«Nous pourrons encore prendre de l’expansion l’an prochain, car le volet compétition sera présenté dans le nouvel amphithéâtre», a dit Mme Campeau.

L’an dernier, cette activité a permis de générer un profit de 2000$. Mais ses organisateurs sont sûrs qu’il sera à la hausse lors du deuxième rendez-vous.

«La première année, nous avons eu des dépenses de départ que nous n’aurons plus à faire. On s’attend vraiment à des retombées plus importantes», a ajouté Mme Campeau.

Le CITA a embauché un employé occasionnel, Marc-André Couturier, qui consacre une journée par semaine à l’organisation de l’événement.

Les organisateurs estiment que les retombées économiques ont été de plus de 350 000$ l’an dernier et qu’elles seront supérieures en 2017 avec plus de visiteurs.

Tous les styles de danse seront en vedette, que ce soit le hip-hop, le contemporain, le jazz, le lyrique, le ballet ou le tango. Divers ateliers seront aussi au menu. La compétition se terminera par un spectacle où seront présentées des chorégraphies préparées par les participants qui se seront démarqués lors des ateliers durant le week-end.

Quatre personnalités du domaine de la danse agiront comme juges, soit Miles Faber, Saxon Fraser, Nicole Lamontagne et Sarah Steben. Ils n’étaient que trois en 2016.

«Comme ils proviennent de milieux différents, nous aurons une opinion de plus dans le choix des lauréats», a indiqué Mme Campeau.

Une conférence, sur le thème L’accompagnement de mon enfant en contexte de compétition, s’adressera également aux parents. Elle sera prononcée par le psychologue sportif, Alain Vigneault.

Le CITA est un organisme à but non lucratif qui offre un service éducatif de dépistage et de rééducation aux personnes ayant des troubles ou difficultés d’apprentissage, peu importe les revenus familiaux. Son budget annuel est d’environ 200 000$, des fonds collectés dans la communauté.