Théâtre: Ludger Beaulieu explore la terreur dans Far Away

Ludger Beaulieu incarne Todd dans la pièce Far Away. – Acadie Nouvelle: Sylvie Mousseau

Le comédien Ludger Beaulieu a dû traverser des zones d’émotions inexplorées pour arriver à jouer le rôle de Todd dans la pièce Far Away. Cette fable d’anticipation de Caryl Churchill plonge dans l’univers de la terreur.

Pas facile d’incarner la terreur, confie le comédien acadien qu’on a vu, entre autres, dans la pièce Cul-de-sac. Ludger Beaulieu estime que Far Away constitue une œuvre exigeante sur le plan psychologique.

«C’est un rôle qui m’a demandé plus de travail parce que ça va chercher quelque chose en moi que n’est pas inné. Pour tous les autres rôles que j’ai joués, je pouvais m’accrocher à quelque chose qui m’était familier. Tandis que celui-ci, c’est un travail sur la peur, même sur la terreur et la vraie terreur on ne vit pas ça dans la vie. C’était quelque chose de théâtral que je n’avais jamais travaillé avant», a-t-il déclaré en entrevue.

Cette nouvelle création du théâtre l’Escaouette coproduite avec le Théâtre Blanc de Québec a reçu des critiques assez élogieuses lors de sa présentation à Québec. Dans l’ensemble, les gens ont été agréablement surpris par le spectacle. On parle d’une œuvre étrange, percutante et foudroyante. Le récit en trois tableaux se déroule dans un futur possible, pas si loin de nous. On suit le personnage de Joan (Noémie O’Farrel) à travers trois époques de sa vie. Il y a une guerre universelle interminable qui met aux prises tout contre tout: les éléments, les végétaux, les concepts et les êtres humains.

«La pièce s’appelle Far Away, mais la situation n’est pas si “far away” qu’on le croit. C’est ça qui est un peu troublant avec la pièce. Ce qui est présenté pourrait nous arriver. On a été confronté à ça pendant les répétitions et ça nous envoyait dans des vertiges cosmiques, mais tout n’est pas noir même si c’est un spectacle qui traite d’un sujet extrêmement sombre. La metteure en scène a décidé de prendre un chemin qui a une lumière», a poursuivi Ludger Beaulieu.

Une scène de la pièce Far Away qui sera présentée au théâtre l’Escaouette. – Gracieuseté

Le comédien incarne Todd qui travaille dans un atelier de création de chapeaux fantastiques depuis six ans. Ces chapeaux sont destinés à recouvrir des prisonniers condamnés à mort. Todd vit dans ce monde contrôlé par la peur et il fait son travail parce qu’il n’a pas le choix. Quand il rencontre Joan, il est blasé. Elle tentera de raviver la flamme rebelle en lui.

«Ils ne peuvent pas chercher à renverser le pouvoir qui cause la guerre, mais ils peuvent essayer de renverser le pouvoir qui est directement connecté à eux, donc les dirigeants de la manufacture de chapeaux.»

Ludger Beaulieu considère que Caryl Churchill, une figure de proue de la dramaturgie britannique, a réalisé un tour de force en écrivant cette pièce. Elle avait 60 ans quand elle a écrit cette œuvre dans les années 2000.

«C’est extrêmement court et condensé. La beauté de la pièce, c’est qu’elle est presque abstraite. Je pense que c’est impossible d’une production à l’autre de refaire le même spectacle avec cette chose-là parce qu’elle appelle à l’interprétation subjective de l’équipe, du public et des concepteurs.»

Dans une mise en scène d’Édith Patenaude, Far Away met aussi en vedette Lise Castonguay. L’environnement sonore a été créé par Jean-François Maillet. Les costumes conçus par Mêve Amélie Cormier apparaissent spectaculaires.

«On a des costumes de base assez neutres, mais quand ces chapeaux-là arrivent, c’est explosif. La musique change et c’est vraiment spectaculaire», a-t-il ajouté.

La pièce est présentée les 23 et 24 mars à 19h30 au théâtre l’Escaouette à Moncton. Elle sera ensuite à l’affiche du Théâtre Prospero à Montréal du 4 au 15 avril.