Membre du groupe Acadie Média|Mercredi 20 août 2014
Vous êtes ici: Accueil » Chroniques » Moulin d’Edmundston : Frank McKenna pourrait aider

Moulin d’Edmundston : Frank McKenna pourrait aider 

jeansaint_cyr_33_25
Lorsque Fraser Papers s’est mise à l’abri de ses créanciers, en 2009, l’un de ceux-ci, Brookfield Asset Management (BAM) s’est mis en position de force. C’est en convertissant en actions la dette de Fraser que BAM est devenue l’actionnaire principal de la nouvelle société, Twin Rivers, propriétaire des moulins à Edmundston et Madawaska Maine.
BAM est une société de gestion canadienne qui gère un portefeuille d’actifs évalué à une centaine de milliards de dollars. Le rapport annuel (Annual information form) publié le 25 mars 2011 de Brookfield Asset Management précise que la société est cotée tant à la bourse de Toronto qu’à celle de New-York. (1)
Après avoir connu des moments difficiles en 2008 et 2009, BAM a rebondi avec vigueur. Elle avait mal commencé l’année 2009 au premier trimestre de cette année-là, essuyant des pertes de 603 millions $, mais elle s’était bien reprise au deuxième trimestre ses bénéfices atteignant 147 millions $, en progression de 37 millions par rapport à l’année précédente. Rappelons que c’est à l’automne 2008 que le système bancaire américain et l’industrie automobile nord-américaine avait plongé l’Amérique en récession importante. BAM avait dû accuser le coup. À la fin de 2011, BAM a dévoilé des bénéfices nets d’exploitation de 3,7 milliards  $.
Son portefeuille comporte des biens immobiliers un peu partout en Amérique et en Australie, et c’est l’un des plus importants propriétaires privés de barrages hydroélectriques (elle en possède 165 (3)).
Son directeur général est un homme relativement jeune, à 40 ans. Bruce Flatt est originaire de Winnipeg et il est l’un des hommes d’affaires au Canada les plus branchés tant dans le monde des affaires que de figures connues des affaires publiques. D’ailleurs, Frank McKenna fait partie des gens avec qui il converse assez régulièrement.
Ce qui nous ramène à Edmundston.
Ce matin, le maire Jacques Martin était visiblement pris de court par l’annonce que Brookfield Asset Management se cherchait un acheteur pour le moulin.
Il ne faut pas se surprendre de cette nouvelle, dans le sens ou Bruce Flatt a amené BAM sur la voie du succès en se concentrant dans trois domaines précis : l’immobilier, la production d’énergie et les infrastructures. Les moulins de papier, ce n’est pas vraiment sa priorité.
Si quelqu’un au Nouveau-Brunswick, parmi ceux qui sont préoccupés par le sort du moulin d’Edmunsdton, connaît Frank McKenna, c’est la façon la plus directe d’obtenir plus de précisions sur les intentions à court et à moyen terme de BAM. Si le gouvernement Alward veut intervenir, qu’il trouve un émissaire pour s’entretenir avec M. McKenna, car celui-ci peut certainement orchestré une rencontre avec la haute direction de BAM pour planifier une transition qui assurera la pérennité du moulin d’Edmundston.
À vous de jouer!
 
(2)Selon un communiqué émis par Brookfield Asset Management le 17 février 2012.

(3)Selon un article publié le 15 juillet 2010 dans « Canadian Business » et repris par « Business without Borders »: http://www.bwob.ca/industries/real-estate-industries/a-perfect-predator/