S’ouvrir l’esprit

Sous toile de fond de bigoterie linguistique, débutent à Moncton, cette semaine, deux festivals symboliquement importants: le Festival Frye qui depuis plus de quinze ans célèbre les littératures françaises et anglaises et le tout dernier né des festivals culturels, celui du court métrage, joliment nommé «C’est Right Short!». Tout le monde connaît mon aversion pour le franglais mais là, pour une fois, le titre est bien choisi.

Deux évènements culturels, donc, qui veulent encourager les échanges entre les deux communautés linguistiques et qui mettent en pratique ce qu’est véritablement le bilinguisme: la possibilité pour les auteurs de parler la langue de leur choix, sans s’inquiéter de traduction simultanée, pour les réalisateurs de filmer dans une langue ou les deux et la chance pour le public bilingue de se faire du bien à l’âme deux fois plutôt qu’une.

Point de l’éternelle compétition entre langue majoritaire et minoritaire, comme l’expliquait Marc Gauthier de Film Zone : «Dans ce concours, il n’y aura pas de films anglophones ou francophones; que des films d’ici. Français et Anglais ont tendance à graviter autour de leurs mondes respectifs. Nous on veut que les gens sortent de leur zone de confort.» Même objectif au Festival Frye qui, en passant, est le seul festival littéraire bilingue au pays où tout le gratin des écrivains du Canada et d’ailleurs se presse dans la bonne humeur et le partage, sans s’inquiéter de savoir si un auteur de l’autre langue aura plus de visibilité ou si il faut partager table-ronde ou ascenceur.

Il y aurait là de quoi confondre les bornés de ce monde, sauf justement qu’ils ne risquent pas de sortir de la zone de confort que représente leur étroitesse d’esprit pour aller voir les courts métrages au festival C’est Right Short, ou en allant à la rencontre des auteurs francophones et anglophones au Festival Frye. Ils préféreront rester chez eux à exprimer les mêmes théories néfastes et à prédire la fin du monde.

Espérons que la vaste majorité de la population, elle, participera pleinement à ces deux évènements porteurs d’avenir, de tolérance et de véritable compréhension, celle qui fait grandir notre monde au lieu d’essayer de le rétrécir sans cesse.