Voir l’éducation et le monde autrement

Pour une 8e année, le Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska reçoit les amoureux de la technologie appliquée à l’éducation. Plus de 325 participants sont à Clair, dans le Nord-Ouest, pour discuter de technopédagogie. Ils auront aussi l’occasion de voir les élèves et les enseignants utiliser la technologie pour apprendre et enseigner.

Le thème de cette année est Voir l’éducation autrement. Le comité organisateur n’aurait pas pu mieux faire un meilleur choix. (Pas étonnant, à Clair, on voit clair!)

Il en était justement question, il y a deux semaines, à l’émission Format Libre, sur les ondes de la radio de Radio-Canada, qui soulignait les 10 ans de l’iPhone. Ces appareils, ainsi que les tablettes électroniques, ont bouleversé nos habitudes. Plusieurs d’entre vous lisent probablement cette chronique sur l’un de ces outils technologiques. Auriez-vous cru, il y a 10 ans, que votre téléphone intelligent ou votre tablette ferait partie de votre vie? Imaginez dans un autre 10 ans!

Voir l’éducation autrement… Pour des milliers d’années, le rôle de l’éducation consistait à transmettre à la prochaine génération les gains de la génération précédente. L’apparition de l’écrit a changé notre rapport au monde. L’écrit a ajouté de nouvelles perspectives à la transmission. Il permet de ne pas oublier ce qui se perd dans la tradition orale.

Le livre aussi a transformé l’éducation. Cette fois, il a permis de diffuser la connaissance à un plus grand nombre de personnes. Il était, jusqu’à tout récemment, le principal outil d’apprentissage. Les 35 ans et plus se souviendront d’avoir fait des recherches dans les encyclopédies de la bibliothèque pour trouver les réponses à toutes les questions que nous pouvions nous poser.

L’arrivée d’Internet, en 1994, a été un tournant dans notre rapport au monde qui n’avait désormais plus de frontières, du moins, en ce qui a trait à la diffusion de la connaissance. En 2007, avec l’arrivée des téléphones intelligents et les tablettes électroniques, par leur facilité d’utilisation, la connaissance est maintenant au bout des doigts.

Pendant ces milliers d’années d’évolution de l’accès à la connaissance, l’un des rôles fondamentaux de l’école a principalement consisté à faciliter la transmission des savoirs. L’école a toujours été un puissant outil de partage des connaissances et de transmission culturelle d’une génération à une autre.

Mais depuis 2007, ce rôle est appelé à changer. Si elle se contente de transmettre, l’école deviendra rapidement désuète puisque toujours en retard par rapport au rythme exponentiel des nouvelles connaissances disponibles sur le web. Et si nous abordons le web de la même manière que nous avons appris à apprendre à l’école, nous allons vite nous retrouver dans un vilain pétrin.

Pourquoi? Parce que le web n’a pas de filtre. Vérités et mensonges s’y retrouvent sous la même apparence. Comment départager le vrai du faux?

Pourquoi? Parce que le web montre toute la complexité des sociétés et des relations humaines. L’école nous a plutôt appris à penser en silos.

Ainsi, le rôle de l’école et de l’éducation est appelé à changer plus drastiquement que jamais dans l’histoire de l’humanité. On ne peut plus uniquement transmettre ni même exiger de l’élève qu’il construise ses connaissances. On ne peut plus seulement préparer l’élève à s’intégrer dans la société puisqu’elle n’est déjà plus aujourd’hui ce qu’elle était hier.

On doit montrer à l’élève comment le savoir se construit afin qu’il puisse d’une manière critique exiger la vérité. Mais tout ceci sera inutile si en même temps, on ne lui permet pas d’utiliser ses connaissances pour transformer le monde et d’être créatif dans ses façons de contribuer à son renouvellement.