Les Canadiens s’attaquent à leur endettement

TORONTO – Si les Canadiens semblent généralement confortables avec leurs finances personnelles, ils semblent aussi suivre les conseils de la Banque du Canada et s’affairer à réduire leur endettement, selon une nouvelle étude.

L’enquête annuelle rendue publique mardi par la firme comptable PwC et réalisée par Léger Marketing démontre que les deux tiers des personnes interrogées estiment que leur niveau d’endettement est acceptable.

Ce confort, a expliqué PwC par voie de communiqué, découle probablement de la robustesse du marché immobilier et de la faiblesse des taux d’intérêt, ce qui rend les dettes plus tolérables.
De plus, 80 % des personnes interrogées se sont dites confiantes ou très confiantes envers leur sécurité d’emploi.

Toutefois, 63 % des Canadiens ont confié vouloir abaisser leur endettement au cours de la prochaine année – une hausse de 4,5 % depuis l’an dernier – et plusieurs ont indiqué avoir l’intention de réduire leurs dépenses discrétionnaires pour y parvenir.

Soixante-neuf pour cent des personnes interrogées ont dit qu’elles seraient prêtes à retarder l’achat d’une nouvelle voiture, contre 64 % l’an dernier.

De même, 62 % des Canadiens sont prêts à retarder l’achat d’une maison neuve ou leurs projets de rénovations, comparativement à 56 % l’an dernier, et 61 % sont prêts à attendre avant de se procurer de nouveaux produits électroniques (contre 59 % il y a un an).

Le directeur des services financiers nationaux de PwC, John MacKinlay, a précisé que 47 % des personnes interrogées craignent de ne pouvoir rembourser leurs dettes, tandis que 46 % s’inquiètent de la santé de l’économie et que 33 % redoutent l’instabilité des marchés financiers.