Construction à Dieppe: le système des «3 étapes» adopté malgré un désaccord

DIEPPE – La Ville de Dieppe adopte finalement un nouveau système de permis de construction et d’aménagement malgré le désaccord de certains entrepreneurs en construction.

La dernière réunion municipale de la Ville de Dieppe a permis de clore un dossier qui paraissait pourtant sans fin. Les élus de la cité acadienne ont adopté la semaine dernière un lot de nouvelles règles afin de mieux encadrer la construction résidentielle sur son territoire.

Même si le nouveau système de vérification appelé communément les «3 étapes» est en vigueur depuis mars 2010 dans les villes voisines de Moncton et Riverview, son adoption ne s’est pas faite sans d’acrimonieux débats à Dieppe. Le système élaboré par la Commission du district d’aménagement du Grand Moncton permet une meilleure supervision de l’utilisation du sol par les bâtisseurs.

Dans le langage du métier, les «3 étapes» doit permettre aux municipalités de s’assurer que le plan de drainage qu’elles élaborent dans chaque quartier est respecté par les entrepreneurs en construction lorsqu’ils font des travaux de terrassement.

En contrôlant la hauteur de la fondation des nouvelles résidences et la dénivellation des terrains, les municipalités veulent éviter entre autres les accumulations d’eau qui peuvent causer de sérieux dommages à une propriété et au voisinage. Le nouveau protocole prévoit aussi un rapport final à la municipalité qui assure aux nouveaux propriétaires que le terrain sur lequel est construite leur nouvelle maison a été aménagé selon les règles.

Le système de permis de construction et d’aménagement ne traite pas du bâtiment en soi qui est déjà régi par d’autres règlements. Le permis à «3 étapes» aurait bien pu ne jamais être adopté par la Ville de Dieppe. Les réticences de plusieurs promoteurs immobiliers ont amené les conseillers municipaux à débattre le sujet d’innombrables fois avant d’accepter en entier la proposition de la Commission d’aménagement.

Après plusieurs mois de débats, le maire Jean LeBlanc n’a pas voulu s’étendre à nouveau sur le sujet après son adoption.

«Après avoir longuement débattu la question, le conseil a adopté le permis à trois étapes puisqu’il protège mieux les intérêts des résidants de Dieppe. C’était la bonne décision à prendre pour notre municipalité», a-t-il simplement confié au journal par courriel. Les conseillers Dave Maltais et Paul Belliveau ont voté contre l’adoption du nouveau système.

Le prix des résidences en hausse

DIEPPE – Le nouveau système de permis de construction et d’aménagement de la Ville de Dieppe fera monter le prix des résidences de 5000 $ à 10 000 $, selon l’Association des constructeurs d’habitations du Grand Moncton.

«Il y a des frais à toutes ces nouvelles étapes. Les ingénieurs vont facturer davantage pour faire le plan d’aménagement. Il y a aussi un coût à l’aménagement du terrain pour être conforme aux nouvelles normes. Ultimement, c’est le propriétaire de la nouvelle maison qui doit absorber ces coûts de construction dans le prix final», constate le président de l’association, Sylvio LeBlanc.

Selon lui, cette hausse s’est déjà fait sentir à Moncton et Riverview où le même système est en place depuis deux ans.

M. LeBlanc déplore que la Ville de Dieppe n’ait pas annoncé la date d’entrée en vigueur de cette nouvelle réglementation lors de son adoption lundi dernier pour indiquer aux constructeurs le moment où ils devront commencer à réviser à la hausse les contrats avec leurs nouveaux clients.

«Nous sommes en train de travailler avec des clients pour leur construire une maison à Dieppe, mais nous ne sommes pas certains de ce que nous devons inclure dans le prix parce que nous n’avons pas de date d’entrée en vigueur», indique Sylvio LeBlanc. 

Il constate aussi que certains types d’aménagement seront plus difficiles à réaliser du côté de l’esthétique des terrains. M. LeBlanc est quand même d’avis que tout n’est pas mauvais dans ce nouveau système, à condition que la Ville de Dieppe y consacre les ressources nécessaires pour le faire respecter vite et bien.

«L’industrie à Dieppe va être forcée de se professionnaliser. Les bâtisseurs n’auront pas le choix. Certains vont s’adapter au jour le jour, mais d’autres devront acquérir beaucoup de nouvelles connaissances pas mal vite», prévient-il. – MRC