Des entrepreneurs veulent aider les étudiants à payer leurs dettes

Un groupe d’entrepreneurs promet aux jeunes endettés de rembourser plus rapidement leur prêt étudiant.

Togetherfull, c’est le nom du projet dans lequel se sont lancés six jeunes avec une idée simple: se regrouper permettrait de se débarrasser des dettes étudiantes.

Leur concept est basé sur la théorie de l’effet boule de neige. Cette méthode consiste principalement à rembourser d’abord la plus petite dette en totalité, pour finalement terminer par le remboursement total de la plus grosse dette en dernier.

Il s’agit d’effectuer le paiement minimal de toutes les dettes tout en ajoutant un montant supplémentaire pour rembourser la plus petite dette une fois par mois. Lorsqu’une dette sera entièrement payée, le surplus monétaire sera chaque fois plus élevé. L’ensemble des paiements serait ainsi achevé en un temps record.

«Si tu suis ce plan collectivement, ça crée un effet d’accumulation et la balle roule plus vite, explique Sarah Short, une des instigatrices de Togetherfull. Si on prend 6 étudiants avec une dette de 40 000 à 50 000$ avec un surplus de 150$, le dernier remboursera sa dette en 2020 au lieu de 2030.»

Les entrepreneurs affirment qu’un tel système réduirait également les frais d’intérêt entre 5 000 et 10 000$ pour une dette située entre 27 000 et 32 000$.

«Le fait d’être en groupe, ça te donne une responsabilité par rapport aux autres, ça te force plus à économiser. À plusieurs, c’est aussi plus facile de trouver l’argent nécessaire pour créer l’effet boule de neige. Mais le plus important du collectif, c’est d’avoir une communauté qui se comprend et s’appuie pour surmonter ce défi. Ça aide d’être ensemble parce que l’endettement ça crée du stress, de la honte, de l’isolement.»

Comme bien des diplômés, Sarah Short est confrontée à l’endettement étudiant depuis plusieurs années. «Beaucoup de jeunes ne peuvent pas payer leur dette avant 30 ans», souligne-t-elle.

Le groupe souhaite créer une plateforme en ligne sur laquelle les jeunes endettés pourraient s’inscrire et remplir leur profil de dette pour avoir accès à un plan de remboursement.

Si l’idée suscite suffisamment d’intérêt et que les fonds nécessaires sont au rendez-vous, Sarah et ses partenaires espèrent faire aboutir leur projet d’ici un an.

Ils estiment qu’un investissement de 100 000 dollars leur permettrait de démarrer en sollicitant les services d’informaticiens et d’experts en finance.