Villes entrepreneuriales: le Nouveau-Brunswick améliore son sort

La ville de Moncton figure au 44e rang du palmarès des villes entrepreneuriales du Canada 2016 établi par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

La FCEI a une fois de plus analysé la façon dont 121 villes et régions économiques du Canada génèrent et favorisent l’entrepreneuriat pour en arriver à la publication du 9e rapport sur les collectivités entrepreneuriales.

Pour ce faire, l’organisme a analysé la concentration d’entreprises, le niveau d’optimisme des chefs d’entreprise ainsi que l’équité des taxes et la perception à l’égard du fardeau réglementaire municipal dans les communautés de plus de 20 000 habitants au Canada.

Même s’il s’agit pour Moncton d’une légère glissade dans le classement par rapport à 2015, la plupart des autres villes néo-brunswickoises recensées ont amélioré leur sort par rapport à l’année dernière.

La ville de Miramichi a ainsi nettement amélioré son classement, grimpant de la 103e à la 83e position du palmarès.

La ville d’Edmundston la suit de près au classement en occupant la 89e position. La principale municipalité au nord-ouest de la province occupait le 96e rang en 2015.

Bathurst figure quant à elle à la 100e position du classement, un gain de 11 places par rapport à l’année précédente.

Malgré une hausse de 2,4 de sa note globale, la Ville de Saint-Jean a glissé d’une place en 2016 et occupe le 103e rang du palmarès.

La glissade a été plus prononcée à Fredericton, la capitale provinciale chutant de la 86e à la 105e position.

«Ce qu’il faut retenir, c’est que l’environnement entrepreneurial de ces collectivités se dirige dans la bonne direction et qu’il y a des améliorations. Au-delà du rang à l’échelle nationale, il faut surtout considérer les 14 indicateurs que nous évaluons depuis les neuf dernières années. C’est dans le détail des indicateurs que chaque municipalité peut trouver des pistes lui permettant d’améliorer son environnement entrepreneurial», a indiqué Louis-Philippe Gauthier, le directeur des affaires provinciales de la FCEI.

Même si elle est loin d’occuper le haut du classement, la Ville de Moncton peut se targuer de devancer largement au palmarès les principales villes canadiennes comme Toronto (70e), Vancouver  (72e), Ottawa (82e), Montréal (94e), Edmonton (109e) et Calgary (113e).

Moncton fait bonne figure en étant entre autres l’une des dix grandes villes canadiennes où l’optimisme des chefs d’entreprise est le plus élevé au Canada.

À Edmundston, le maire Cyrille Simard a indiqué avoir décelé plusieurs signes encourageants en scrutant à la loupe le rapport de la FCEI.

«Il y a une progression chaque année depuis que la Ville d’Edmundston apparait dans le classement. La situation économique s’améliore ici, le taux de chômage n’est que de 6%, ça fait des années que l’on n’avait pas vu ça. Les gens qui travaillent au développement économique n’ont jamais traité autant de dossiers au nord-ouest, ça envoie un signal aux entrepreneurs», a expliqué le maire.

Joint à Toronto, le maire de Bathurst a pour sa part affirmé que les efforts déployés depuis quelques années pour rendre la municipalité plus accueillante et propice aux affaires semblent vouloir porter ses fruits.