Restigouche: le Mail Sugarloaf vendu à des intérêts québécois

Le centre commercial Mail Sugarloaf d’Atholville est récemment passé à des intérêts québécois. Une acquisition perçue avec enthousiasme par le maire de l’endroit, Michel Soucy.

La transaction a été effectuée avant la période des Fêtes. C’est l’entreprise québécoise Immostar qui s’est portée acquéreur des lieux.

Cette firme – spécialisée dans la gestion et le développement immobilier – possède déjà une douzaine de centres commerciaux notamment dans l’est du Québec (Matane, Gaspé et New Richmond), mais aussi à Québec, Lévis et Laval. Elle possède également plusieurs espaces commerciaux, à bureaux, industriels et multirésidentiels.

Pour le maire d’Atholville, cette transaction risque d’apporter un vent de fraîcheur au centre commercial de sa municipalité.

«J’ai rencontré l’un des vice-présidents de l’entreprise la semaine dernière et je dois dire que j’en suis sorti enthousiasmé de cet entretien», exprime-t-il.

«C’est une compagnie sérieuse et j’ai trouvé qu’ils avaient une belle attitude et une belle ouverture. J’ai aimé ce que j’ai entendu, la vision qu’on avait à proposer pour le centre commercial. Ils ont des idées et sont déterminés à remplir tous les espaces disponibles. C’est donc très positif, je crois, pour l’avenir de l’infrastructure», ajoute le maire.

Il faut dire que ça n’a pas été facile au cours des dernières années pour le Mail Sugarloaf.

Le centre commercial a notamment essuyé la perte d’un locataire majeur avec la fermeture de la chaîne Zellers. Certains locaux sont également toujours vacants.

Le maire croit que le dynamisme démontré par le groupe Immostar pourrait changer la donne.

«Ç’a été difficile, c’est vrai. Et je ne dis pas cela comme une critique envers les anciens propriétaires, c’est beaucoup une question de contexte. Mais là, on sent un nouveau souffle. Et c’est très encourageant», dit-il, espérant assister à l’inauguration de nouveaux commerces au cours des mois à venir.

Le centre commercial Sugarloaf comprend pour le moment une vingtaine de commerçants en plus d’être le théâtre – tous les samedis matin – d’un marché communautaire regroupant différents artisans de la région.