Les entrepreneurs sont confiants au Nouveau-Brunswick

L’indice de confiance des entreprises au Nouveau-Brunswick a grimpé en flèche au cours des six derniers mois. La classe d’affaires s’inquiète cependant du manque de main-d’oeuvre qualifiée et du déclin de la population.

La confiance des entrepreneurs du Nouveau-Brunswick a subi une croissance marquée depuis août dernier. Une étude menée par la firme néo-écossaise Corporate Research Associates (CRA) dévoile que l’indice de confiance dans la province a passé de 103,8 à 113,6, soit une hausse de 9%.

L’augmentation fait partie d’un mouvement qui traverse les Provinces maritimes. Selon la CRA, les attentes par rapport aux revenus ont été révisées à la hausse pour la prochaine année dans les trois provinces de l’est. De plus, les intentions d’embauche de nouveaux employés sont plus élevées.
Don Mills, président-directeur général de la CRA, estime que l’indice élevé signe précurseur d’une période de création d’emplois.

«Il est très encourageant de voir la confiance des entreprises augmenter étant donné les défis qu’a connus l’économie au cours des quelques dernières années. Avec un peu de chance, cette situation mènera à une augmentation des investissements et de la création d’emploi pendant les douze prochains mois.»

Les plus grands défis économiques dans la région, selon les répondants du sondage, sont les politiques du gouvernement, le taux élevé d’imposition, la faible croissance de la population et le manque d’employés qualifiés.

Ils suggèrent la réduction du taux d’imposition et l’offre d’un soutien aux entreprises locales ou de petite taille. Ils recommandent aussi une plus grande collaboration avec le gouvernement et les autres entreprises, ce qui doit permettre d’améliorer l’environnement commercial de la région.

L’indice de confiance au Nouveau-Brunswick est plus bas que celui de la Nouvelle-Écosse (118,5) et de l’Île-du-Prince-Édouard (116,1). Il est toutefois plus élevé que celui de Terre-Neuve-et-Labrador (81,5).

Mentionnons qu’un indice de 100 indique des conditions neutres, alors qu’un chiffre plus élevé représente de l’optimisme et un chiffre plus bas, du pessimisme.

Le sondage de la CRA, commandité par la TD, a été mené en ligne auprès de chefs d’entreprises du Canada atlantique de tous les secteurs de l’économie et de toutes les tailles. Au total, 542 sondages ont été remplis entre le 1er décembre et le 16 janvier.