Le chômage diminue, mais l’emploi aussi

Le Nouveau-Brunswick a perdu 3 000 emplois de décembre 2016 à janvier 2017. Cependant le taux de chômage s’est également réduit car moins de citoyens sont actifs sur le marché du travail.

De décembre à janvier, le taux est passé de 9,3% à 8,9%. Sur cette période, la province a subi une diminution de 1,3% de sa population active, soit les personnes qui travaillent ou qui sont à la recherche d’un emploi.

Plus encourageant, les emplois disponibles sont plus stables. En un mois, les emplois à temps plein ont progressé de 8,4% tandis que les emplois à temps partiel ont diminué de -4,2%.

À noter que le taux d’emploi se situe à peu près au même niveau qu’il y a un an.

En janvier, le taux de chômage s’établit à 8% à Moncton, à 7.8% à Saint-Jean et à 5,9% à Halifax.

Le taux de chômage reste plus élevé à l’Île-du-Prince-Édouard (9,8%) et à Terre-Neuve-et-Labrador (13,8%)  mais demeure plus faible en Nouvelle-Écosse (7,7%), au Québec (6,2%) ou en Ontario (6,4).

Au niveau national, le taux de chômage a diminué de 0,1 point de pourcentage pour s’établir à 6,8 %. Le marché du travail canadien compte 48 300 emplois de plus.

La quasi-totalité de la croissance de l’emploi enregistrée en janvier provenait du secteur des services, où on a observé des hausses dans la finance, les assurances, l’immobilier et la location, dans les services aux entreprises, dans le transport et l’entreposage, et dans les administrations publiques.