Classement minier: le N.-B. désavantagé par ses ressources

Le Nouveau-Brunswick ne figure pas parmi les territoires les plus attrayants au monde pour l’investissement minier, selon le sondage mondial annuel publié mardi par l’Institut Fraser.

La province se classe au 40e rang du classement mondial des endroits les plus attrayants pour l’investissement minier, classement qui contient 104 territoires répartis à travers le monde.

En plus de sonder l’opinion de cadres de sociétés minières, l’enquête effectue le classement d’après une combinaison de facteurs incluant les politiques favorables et les formations géologiques propices à la présence de minéraux et métaux.

Le Nouveau-Brunswick se retrouve au 10e rang parmi les provinces et territoires du pays.

«Le problème n’est pas tant au niveau des politiques en place ou des perceptions à l’endroit du Nouveau-Brunswick, mais plutôt au niveau du manque de ressources naturelles. Elles ne sont pas énormes comparativement à d’autres territoires», explique Pierre Desrochers, chercheur associé à l’Institut Fraser.

Selon lui, il existe dans le monde des endroits plus attrayants que le Nouveau-Brunswick, considérant l’état actuel des marchés et la compétition internationale de même que la qualité de minéraux qu’il y a en sol néo-brunswickois.

«Les investisseurs croient qu’il y a de meilleurs gisements ailleurs dans le monde. Il n’y a malheureusement pas grand-chose que le gouvernement puisse faire pour améliorer la situation de la province», a indiqué celui qui est également professeur de géographie à l’Université de Toronto.

Dans son rapport, l’Institut Fraser note toutefois que le Nouveau-Brunswick fait figure de chef de file mondial lorsqu’il est question de la qualité des infrastructures, des conditions socio-économiques, des barrières douanières, de la stabilité politique et de l’accès à une main-d’œuvre qualifiée.

Invité à commenter le rapport, le ministre du Développement de l’énergie et des ressources, Rick Doucet, a dit se réjouir du fait que le Nouveau-Brunswick se classe parmi les 10 premiers au chapitre de la perception des politiques dans le monde.

«Nous avons continué de nous assurer que les politiques et les cadres réglementaires fournissent une certitude quant aux attentes de l’industrie minière, qu’il s’agisse de la protection de l’environnement, de la fiscalité ou de l’information géologique disponible», a indiqué le ministre à l’Acadie Nouvelle.

«Il est important pour le Nouveau-Brunswick d’attirer des investissements dans le secteur minier dans la mesure où il est assuré par un régime de réglementation qui protège l’environnement, les Premières nations et le Nouveau-Brunswick», a ajouté Rick Doucet.

Selon l’Institut Fraser, la Saskatchewan et le Manitoba occupent le 1er et le 2e rang mondial comme endroits attrayants pour l’investissement minier. L’ouest de l’Australie, l’État du Nevada et la Finlande complètent le top-5 mondial, alors que le Québec suit de près au 6e rang.