Soigner les aînés ou les stationner?

Quand on aborde la question des foyers de soins, il y a de quoi en perdre son latin. Beaucoup de gens ont l’impression que les foyers de soins spéciaux logent et soignent des personnes âgées qui nécessitent des services infirmiers dus à leur état de santé déficient. Si on croit cette définition, on est enclins à penser que les foyers de soins s’apparentent plutôt aux résidences pour personnes âgées, dotées d’un petit extra pour aider les résidants. En fait, c’est le contraire.

Les foyers de soins sont habituellement des établissements sous l’égide du gouvernement et administrés par des conseils d’administration formés de bénévoles. Leurs services visent les personnes qui ont perdu leur autonomie et qui requièrent des soins soutenus et presque constants.

Les foyers de soins spécialisés, comme les résidences communautaires, sont habituellement administrés par des sociétés privées, assujetties aux directives du gouvernement en matière des normes tant des services à offrir que de la conception des édifices et des installations mises à la disposition de leurs pensionnaires.

Lorsque les ministres Claude Willams et Sue Stultz ont annoncé le projet du gouvernement provincial en matière de construction et de rénovation des foyers et de l’ajout de lits pour personnes âgées, il était difficile de reconnaître quels besoins des personnes âgées le gouvernement du Nouveau-Brunswick considérait prioritaires. C’est sans doute parce que des 1100 lits que le gouvernement projette d’ajouter dans la province, il a annoncé que «… 704 lits de soins spécialisés seront créés au cours des cinq prochaines années. Ces lits, qui doivent être créés par le secteur privé, seront tout spécialement conçus pour prodiguer des soins aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de démence». (1)

Mais ce n’est pas le seul élément qui nous a laissés perplexes dans l’annonce. Dans son analyse démographique pour déterminer les besoins de lits au Nouveau-Brunswick, le gouvernement précise qu’actuellement «huit pour cent des personnes âgées de plus 75 ans utilisent un lit en foyer de soins au Nouveau-Brunswick». Depuis longtemps, on s’alarme sur le vieillissement irrémédiable de la population. Qu’à cela ne tienne, en vertu de l’analyse démographique, le gouvernement provincial prévoit qu’en 2021 le taux d’utilisation des lits des foyers de soins sera de 7,5 %. (2) Le gouvernement compte sur les services de soins de longue durée à domicile et le soutien communautaire pour diminuer l’utilisation des lits dans les foyers de soins. À une époque où de plus en plus de jeunes familles s’expatrient pour gagner leur vie, et donc s’éloignent de leurs parents, est-il logique de penser que moins de personnes âgées utiliseront ces lits dans les foyers de soins?

Un autre aspect intriguant. Dans les «prévisions régionales des besoins en nouveaux lits par 2021», la Péninsule acadienne, l’une des régions où l’exode des jeunes est le plus prononcé, la prévision pour de nouveaux lits est zéro!

Et puis, il y a la question de faire mieux avec moins d’argent: ajouter plus de lits tout en économisant 110 millions $. En lisant la documentation, on y lit qu’une façon d’y arriver est de réduire la superficie des aires communes. Est-ce que les artisans de cette réforme ont songé que, ce faisant, on confine les pensionnaires dans leur chambre et on limite par conséquent l’interaction sociale des pensionnaires? L’isolement des pensionnaires est-il une alternative qui leur est salutaire?

L’ajout de lits dans le réseau des foyers répond, sans contredit, à un besoin pressant, comme en témoigne éloquemment le nombre important de personnes âgées qui occupent des lits d’hôpitaux. Par contre, on peut s’interroger sur la qualité de vie des citoyens qui vivront quotidiennement dans ces nouveaux foyers plus petits, où on vise l’établissement de lits au coût le plus économique possible. L’approche répond davantage aux besoins financiers du gouvernement provincial qu’aux besoins des aînés.

(1) Le communiqué de presse est disponible sur le site web du gouvernement http://www2.gnb.ca/content/gnb/fr/ministeres/developpement_social/nouvelles/communique.2012.03.0198.html).

(2) L’analyse démographique peut être consultée sur le web (http://www2.gnb.ca/content/dam/gnb/Departments/sd-ds/pdf/NursingHomes/alyseDemographique.pdf).