Mieux-être – Bonheur national brut

Mélanie Côté Style de vie

Imaginez une société dans lequel le bonheur des citoyens passe avant la croissance économique. Imaginez un monde où le bien-être des gens est un facteur indispensable pour évaluer le développement d’une nation. Imaginez un pays qui choisit de donner la priorité au bonheur national brut (BNB) plutôt qu’au produit national brut (PNB).

Eh bien, cela existe. Un pays a décidé d’entreprendre cela (et à ce que je sache, il est le seul). Le BNB est l’indice principal que leur gouvernement utilise pour évaluer le développement de leur pays. Ce pays est le Bhoutan. Puis, à écouter le discours inspirant de son premier ministre Tshering Tobgay¹, il est en train de donner l’exemple.

Bhoutan

Les ressources du Bhoutan sont utilisées soigneusement et, en dépit de sa modeste économie, tous ses citoyens ont accès à de l’éducation, à des soins de santé et à de nombreux sanctuaires naturels protégés. On y privilégie également la conservation de la culture, une bonne gouvernance et une économie responsable.

Il est à noter que tout projet de développement au Bhoutan est guidé par le BNB. De cette façon, il aspire à être un modèle pour le monde entier.

La population totale du Bhoutan est presque égale à celle du Nouveau-Brunswick (même si sa superficie est plus petite que celle de notre province). Quel beau modèle pour nous!

De surcroît, au Bhoutan, on valorise la nature tout autant que les gens. Les Bhoutanais ont saisi que l’harmonie de l’humain n’est pas dissociée de celle de son environnement: nous faisons partie de la nature, nous sommes cette nature. Le Bhoutan a pris l’engagement d’assurer une neutralité carbone.

Il se proclame même «carbone négatif»: non seulement il affirme s’abstenir de polluer la planète, mais, avec leurs nombreuses forêts protégées, il retire beaucoup de dioxyde de carbone de l’atmosphère.

Rêvons un peu

Toute réalité commence avec un rêve. Imaginez si notre municipalité, notre province ou notre pays emboîtait le pas du Bhoutan en partie.
Imaginez si, enfin, nous comprenions qu’un indice élevé de PNB n’équivaut pas à une société saine, joyeuse et florissante.

Imaginez si la coopération prenait souvent la place de la compétition.

Imaginez s’il y avait moins de guerres pour obtenir du pétrole à bon prix.

Imaginez si la croissance d’une nation était un reflet de la croissance de son peuple.

Imaginez si nous profitions davantage du moment présent.

Imaginez si nous arrêtions d’épandre des pesticides toxiques sur nos forêts.

Nous ne sommes pas tenus à viser une révolution immédiate et à éliminer l’indice du PNB.

Cependant, une importance égale accordée aux deux indices (BNB et PNB) pourrait instaurer un équilibre favorisant la justice mondiale économique et le bien-être.

Le Bhoutan devient peut-être le pionnier d’un mouvement global. Je sais que ces changements prendraient du temps – mais je suis patiente et j’ai espoir.

Redéfinissons la prospérité!

J’invite respectueusement vos partages et questions.

¹ TED.com

Défi de la semaine
Votez pour soutenir des candidats politiques qui ont des discours qui vont au-delà de la croissance économique. Si le concept du bonheur national brut vous enthousiasme particulièrement, proposez à vos dirigeants politiques d’intégrer de tels barèmes de succès dans leur mission.

Commentaire

Le gouvernement Gallant doit-il mettre en oeuvre toutes les recommandations de la commission sur la réforme électorale? − Archives
Face-à-face - Quels sont les enjeux d’une…