Membre du groupe Acadie Média|Lundi 21 avril 2014
Vous êtes ici: Accueil » Mon opinion » Téléjournal Acadie: des changements qui dérangent

Téléjournal Acadie: des changements qui dérangent 

opinion_main_qui_ecrit_956

Marie-Mai Jacob
Moncton

Le départ d’Abbé Lanteigne et le nouveau format du Téléjournal Acadie sont les raisons pour lesquelles j’écris cette lettre.

D’abord et avant tout, je dois avouer que Martin Robert fait un bon travail. Mais parfois, des changements ne sont pas toujours bien vus auprès du public, surtout lorsqu’il ne s’y attend pas.

Avec l’arrivée d’Internet et de tous les réseaux sociaux, tels que Twitter, Facebook, YouTube, blogues, Skype, etc., les dirigeants des grandes chaînes de télévision ont cru bon de rendre leurs émissions plus «modernes», ce qui ne fait pas l’affaire de tout le monde. J’espère que tous ces changements ne vont pas pousser trop de gens à se tourner vers les postes anglophones, CTV et Global, par exemple.

Malheureusement, beaucoup de gens de mon âge n’ont pas accès, et aucun intérêt à se brancher à un ordinateur. Je suis d’accord avec le fait qu’il y a beaucoup d’informations sur Internet et que, aujourd’hui, c’est un atout pour ceux voulant entrer sur le marché du travail. Toutefois, il y a cette minorité, qui n’a aucun intérêt pour Internet et les réseaux sociaux et qui comprend à peine tous ces termes liés à cette nouvelle forme de communication.

J’appartiens à cette minorité, même si j’ai trois ordinateurs à ma disposition et que je suis assez intelligente pour y avoir accès. Mais l’intérêt n’est pas là, et je ne suis pas la seule à se sentir ainsi.

Cela dit, voici les deux principales raisons pourquoi je n’aime pas le nouveau format: d’abord, le fait de voir Martin Robert et ses invités debout derrière un comptoir pendant toute la durée de l’émission m’agace un peu; ensuite, à peine peut-on lire ce qui apparaît sur l’écran, pendant que M. Robert nous invite à aller voir sur Twitter ou Facebook si nous voulons plus d’informations.

Dans une lettre parue dans l’Acadie Nouvelle du 15 février, M. Morais, de Richibucto, frustré du format qu’a pris cette émission, mentionne que maintenant, il est tenté de choisir d’écouter les nouvelles anglaises. Je n’irai pas aussi loin que M. Morais, même si je le comprends très bien. Je vais essayer de m’habituer, petit à petit, et de demeurer à Radio-Canada, car je suis pour la cause francophone.