Cinéma: faut-il se mettre à genoux devant l’empire?

Par Jean-Claude Basque
Moncton

À l’occasion de la réouverture du cinéma de Dieppe par le géant Empire, les francophones adultes se sont vu offrir un film en français, Monsieur Lazhar. Ce même film avait déjà été présenté dans le cadre du FICFA à l’automne, puis au cinéma Far Out East, à l’Université de Moncton. Comme bien des cinéphiles de la région, ce film en français je l’avais déjà vu.
À la suite de cette réouverture du cinéma Empire, le Ce Soir s’est empressé de nous montrer une salle presque vide. Et tout de suite, on a droit au chantage! Si on veut que des films en langue française continuent de nous être offerts, il va falloir se garrocher pour y assister. Une vraie insulte!
Est-ce qu’on demande aux anglophones s’ils vont aller voir un film (qu’il soit bon ou minable) avant de l’offrir? Non. Alors pourquoi nous le demanderait-on?
La semaine dernière, je suis allé voir un film anglophone primé aux oscars. Il y avait 30 personnes dans la salle. Est-ce que ce film va disparaître de l’écran à Dieppe pour autant? Est-ce qu’on va fermer des salles? Je ne pense pas.
Si Empire est sérieux de vouloir servir son public francophone, alors qu’il nous propose des films français de qualité, provenant de partout dans le monde, et qu’il en fasse la promotion comme il le fait pour les films anglais.
Je ne comprends pas non plus que des francophones semblent donner raison à Empire et justifient publiquement le fait qu’avec 20 salles de cinéma, on ne peut pas nous offrir des films en français à l’année à moins de garantir l’assistance.
Faut-il se mettre à genoux devant l’empire pour se faire servir?