Le grand bien et le grand mal

Roland Godin
Beresford

Aide gouvernementale aux organismes religieux, missions étrangères qui aident et sèment leur message.

Il n’y a pas de différence entre leur but ultime et le but ultime des compagnies de fastfood, les deux le font pour vendre leurs produits, alors je n’approuve pas que l’État finance l’un ou l’autre.

Pour ce qui est que, «ces groupes affichent des pancartes de remerciements où figurent le drapeau canadien et le nom de Développement et Paix», notre État doit tenir le cap. État et Église doivent êtres séparés.

J’ai toujours de la difficulté avec le grand bien et le grand mal, bien des fois le grand bien a fini par faire la place au grand mal.