Patrimoine religieux

Nelda Young Doiron
Tracadie-Sheila

Dans la Péninsule acadienne, il y a dans chaque ville et village des trésors à découvrir et à préserver.

Que ce soit ceux créés par la nature ou par la main de l’homme, ils ont tous un cachet spécial. Il suffit de les découvrir et d’en prendre un soin jaloux.

La température agréable des derniers jours m’a incitée à aller visiter le sanctuaire Saint-Joseph. Un lieu de quiétude, de méditation, et de dévotions pour bien des gens d’ici et d’ailleurs.

Blottie au cœur de la ville de Tracadie-Sheila et entourée d’arbres majestueux, la petite chapelle a fière allure toute vêtue de blanc et coiffée d’un clocher à unique carillon.

Le sanctuaire Saint-Joseph fut inauguré en 1954 par le père Trudel, qui comprend aussi un chemin de croix, une belle rocaille et un bassin d’eau ayant au centre une statue de Saint-Joseph portant dans ses bras l’enfant Jésus.

C’est sur une note nostalgique que ma visite se termine. Je réalise que l’usure du temps et un certain laisser-aller ont pris le dessus sur le sanctuaire, avec ses monuments devenus frêles.

Il est urgent d’y voir afin de ne pas faire disparaître ce patrimoine religieux. Il faut restaurer afin de ne pas effacer les traces de son histoire. Ainsi, l’idée du père Trudel continuera à vivre dans le cœur des gens et dans la fierté acadienne.

Maintenant, que doit-on faire pour l’aider à retrouver sa beauté d’antan?