Quelle belle initiative intergénérationnelle!

Le projet mis en avant par Euclide Chiasson de Pointe Verte est digne d’un appui et d’une reconnaissance sociale. L’école de Pointe Verte trouverait une vocation sociale de transmission de savoir-faire entre les générations. Nous avons ici un modèle de créativité et d’inventivité communautaire pour revitaliser le tissu social et permettre le vivre ensemble. Je ne peux que reconnaître les grandes valeurs de M. Chiasson, un éducateur dans le vrai sens du terme.

Combien de jeunes hommes et de jeunes femmes sont à la recherche de modèles et de rituels de passage; rien ne peut remplacer l’expérience et le vécu de ces adultes qui ont connu les réalités des villes et villages acadiens et qui ont des compétences à transmettre. Nous avons au rendez-vous trois éléments indissociables pour maintenir la cohésion socio-historique de nos communautés : le vivre ensemble, l’identité sociale et communautaire, et la pérennité des connaissances de nos aînés.

L’école de Pointe Verte, comment la percevoir à l’avenir? Une partenaire avec les autres institutions, telles que le Collège Communautaire du NB, ou une école alternative, un milieu pour l’enseignement d’un patrimoine immatériel qu’est le savoir ancestral, et bien, Euclide Chiasson offre un réel rendez-vous pour un projet de réflexions et de rencontres par lesquelles non seulement le savoir comment construire un bateau ou autre pourrait être au programme, il y aurait lieu d’avoir un espace et un temps pour le folklore acadien, les savoirs ancestraux, et pourquoi pas faire alliance avec les premières nations si longtemps oubliées dans l’héritage acadien.

Je me réjouis en tant qu’acadien et Néo-brunswickois de ce projet très innovateur offrant à une école une deuxième chance, celle de la rencontre entre les générations, ces hommes et femmes porteurs de savoirs-faire et de savoir-être.

Valois Robichaud
Baie-de-Petit-Pokemouche