L’acériculture et les jeunes au N.-B.

Chers membres élus à l’Assemblée législative du N.-B.,

Le groupe EcoVie continue de travailler sans relâche pour l’arrêt de l’arrosage et des changements au niveau de l’aménagement de nos forêts au N.-B. Hier matin est apparu un article dans l’Acadie Nouvelle que nous voulons porter à votre attention. Vous trouverez dans cet article des éléments importants pour développer l’économie du Nord de la province du N.-B., sans répandre des pesticides.

D’après ce que nous lisons dans cet article, les blocs pour l’acériculture qui ont été donnés ont été alloués principalement à des producteurs existants. On nous dit que ce sont de très gros blocs (plusieurs milliers d’entailles). D’après l’article, «le potentiel de l’industrie acéricole est énorme….et on pourrait tripler et quadrupler facilement (cet industrie) et sans problème.» Et ça prend de nouveaux producteurs.

En écoutant ce que les jeunes souhaitent, c’est que soit alloué une plus grande quantité de blocs à plusieurs intervenants différents et de plus petits blocs. Ceci permet à un jeune de développer une entreprise réaliste et viable tout en minimisant son niveau d’endettement. L’investissement au départ est plus minime et le jeune peut graduellement augmenter sa production au fur et à mesure que son exploitation devient plus solide et Il peut prendre de l’ampleur.

Comme membre du gouvernement du N.-B., quelle belle occasion pour vous de garder nos jeunes au travail dans notre province, de mettre en valeur une industrie qui favoriserait la remise sur pied du Nord du N.-B. tout en augmentant les emplois et les revenus de notre province en entier! Nous vous supplions de prendre action afin d’appuyer la demande des acériculteurs et d’encourager la mise sur pied de nouvelles petites et moyennes entreprises.

Merci beaucoup pour l’attention portée à notre demande.

Francine Lévesque,
Groupe EcoVie