Connaîtrons-nous aussi la même honte?

Depuis l’arrivée de Donald Trump à la présidence américaine comme ce fut aussi le cas au cours de la campagne électorale, le monde entier a été et est toujours dans une sorte de divertissement social qui nous fait oublier les problèmes urgents et actuels de la planète.

Voici quelques faits pour illustrer la situation tragique mondiale.

Jetons d’abord un coup d’œil sur le Yémen, un pays de 25 millions situé au sud de la péninsule arabique. Comme la Syrie et l’Irak, la population yéménite est confrontée à la destruction, à la violence et à la famine. On n’en parle très peu dans les médias.

Il en est de même au Soudan du Sud qui compte une population d’une dizaine de millions. Avec une guerre civile qui perdure depuis 4 ans, ce petit pays vit un cauchemar constant. Au moins deux millions d’habitants ont dû se déplacer en d’autres endroits du pays pour y trouver la paix et fuir la misère. Plusieurs autres millions ont complètement fui leur territoire pour se diriger au Soudan, en Ouganda et au Kenya. À l’intérieur ou à l’exil, ces gens souffrent énormément.

Au Nigeria, avec une population de près de 190 millions, le plus peuplé des pays africains, les habitants vivent dans la terreur et sont privés de nourriture et d’eau. Plusieurs sont donc voués à la mort.

Situé dans la partie orientale de l’Afrique et constitué d’environ 37 millions, l’Ouganda vit les mêmes problèmes tragiques.

Et que dire de la Somalie? Avec ces 10 millions habitants, à l’est du continent africain, les gens connaissent aussi la famine et sont privés d’eau.

D’après plusieurs experts, c’est la pire crise internationale tant en nourriture qu’en depuis la Seconde Guerre mondiale.

Revenons à M. Trump. Au Congrès, tout récemment, il a recommandé une réduction de 10 milliards $ dans le budget d’aide à l’étranger. Par contre, il souhaite grossir le budget militaire de 50 milliards $. Les autres pays vont probablement l’imiter et dépenser pour les armes et oublier la misère de l’humanité.

Comme le monde entier fermait les yeux durant l’holocauste des Juifs dans les années 1940, la plus grande honte mondiale du siècle dernier, se pourrait-il qu’un jour nos descendants nous rappellent la honte de 2017?

Alcide F. LeBlanc
Moncton