L’enveloppe égalitaire et l’alphabétisme

L’enveloppe égalitaire consentie à la communauté francophone de la province dans le but d’assurer à sa population une instruction de qualité dans sa langue est le résultat d’une longue démarche de parents, d’enseignants et d’autres intervenants en éducation de la province. Le fait que cette enveloppe ne soit garantie que pour les deux prochaines années inquiète, cependant. Serait-ce parce qu’on ne reconnaît pas vraiment le bien-fondé de cette mesure?

L’objet de l’article 23 de la Charte canadienne des droits et des libertés (1982) est de protéger la langue et la culture de la communauté en situation minoritaire partout au Canada et d’en faire la promotion, soit en offrant à la population une éducation de qualité, en remédiant aux injustices du passé et en contrant les influences assimilatrices.

Or, un des plus gros cailloux dans l’engrenage de ce projet est le taux élevé d’analphabétisme au sein de la population adulte, qu’on établit à plus de 60%. Le besoin de corriger les torts du passé est donc flagrant et ce n’est pas à partir de l’enveloppe égalitaire qu’on y arrivera.

Je nourris de sérieux doutes que les efforts déployés dans le milieu scolaire donnent des résultats satisfaisants aussi longtemps que le niveau d’alphabétisme des parents et de la communauté dans son ensemble ne sera pas sensiblement relevé.

Si, dans l’esprit de l’article 23, on vise à éliminer les obstacles à l’épanouissement de l’enfant dans sa langue et sa culture, et ultimement, de l’ensemble de la communauté, comme l’affirme la jurisprudence afférente, la lutte contre l’analphabétisme au sein des familles devient, à mon sens, un objectif de ce même article.

Les obligations constitutionnelles du gouvernement en vertu de l’article 23 de la Charte ne s’étendent-elles pas en alphabétisation des membres adultes de la communauté? Ne l’obligent-elles pas à déployer toutes les ressources requises pour renverser une situation qui contrecarre les efforts déployés dans le milieu scolaire?

Cyrille Sippley
Saint-Louis-de-Kent