Membre du groupe Acadie Média|Jeudi 23 octobre 2014
Vous êtes ici: Accueil » Sports » Noémie Chiasson est excitée et confiante

Noémie Chiasson est excitée et confiante 

62_chiasson_lead

DIEPPE – Noémie Chiasson s’apprête à vivre une expérience unique à l’autre bout du continent. L’athlète de Val-Comeau s’envolera sous peu à destination de la Colombie-Britannique pour prendre part au championnat canadien de hockey féminin U18.

Celle qui s’alignera avec les Bisons de l’école W.-A.-Losier cette saison quittera le Nouveau-Brunswick dimanche.

«C’est la première fois que je vais prendre l’avion. Je suis pas mal excitée et j’ai des frissons en même temps. Mais je pense que ça va bien aller!», lance-t-elle avec enthousiasme.

«Je m’attends à vivre une très belle expérience et du hockey de très haut calibre. Ça va être pas mal plaisant de jouer à ce niveau», ajoute-t-elle.

Noémie Chiasson est une habituée des grands rendez-vous puisqu’elle a aidé le Nouveau-Brunswick à remporter quatre médailles d’or et une médaille d’argent lors du championnat de l’Atlantique au cours des cinq dernières saisons.

«Mais là, ce sera différent puisque nous allons affronter les meilleures au pays», précise-t-elle.

Au plan personnel, la patineuse de 16 ans promet d’en mettre plein la vue.

«J’aimerais beaucoup me faire remarquer par les recruteurs et permettre à mon équipe de se battre pour une médaille. J’aimerais un jour faire partie de l’équipe nationale et aller aux Olympiques. J’y pense depuis que je suis petite», souligne celle qui a commencé à jouer au hockey à l’âge de huit ans.

«Mes quatre frères (Tommy, Guillaume, Greg et Francis) jouaient et je voulais faire comme eux», mentionne la talentueuse attaquante.

«J’adore jouer au hockey, c’est ma passion», indique aussi l’inconditionnelle de Sidney Crosby et de Pavel Datsyuk.

Au tournoi national, Noémie Chiasson veut laisser sa marque en jouant selon son propre style.

«Je suis quelqu’un qui a de la vitesse et qui aime monter la rondelle en zone adverse. J’ai aussi de bonnes mains autour du filet», précise-t-elle.

Des qualités qui devraient faire de l’ancienne des Stars du Nord une des joueuses-clés d’Équipe Nouveau-Brunswick.

«Pour gagner, il va falloir jouer avec du coeur et montrer de la persévérance. Mais je sais que nous avons une équipe qui aura du caractère», souligne-t-elle.

«Nous allons avoir deux ou trois pratiques une fois rendues là-bas avant le début du tournoi», indique également Noémie Chiasson.

La seule représentante de la Péninsule acadienne au sein de la formation néo-brunswickoise a l’intention de participer activement aux succès de son équipe.

«J’aimerais être agressive, gagner mes batailles le long des bandes et devant le filet et créer des opportunités de marquer autour du filet adverse», explique celle qui est déjà dans la mire des Aigles Bleues de l’Université de Moncton.

Chiasson ne sera pas la seule Néo-Brunswickoise au sein d’Équipe Atlantique, puisque Marie-Jo Pelletier, de Charlo, Catherine LeBoeuf, de Dieppe, Katie Haslett, de Rothesay, Sarah Bujold, de Riverview, Connor Garagan, de Fredericton, et Ashtyn Bartlett, de Dunham Bridge, sont aussi du groupe. Zach Ball, de Sackville, sera par ailleurs l’adjoint à l’entraîneur Gary Dove.

Le meilleur résultat d’Équipe Atlantique est une médaille de bronze obtenue en 2005. Marie-Hélène Plourde, de Coteau Road, Kristine Labrie, de Saint-Quentin, et Stéphanie Roy, de Grande-Digue, faisaient d’ailleurs partie de l’équipe.

Outre Marie-Hélène Plourde et Noémie Chiasson, une seule autre fille de la Péninsule acadienne a réussi à se tailler une place au sein d’Équipe Atlantique, soit Susie Larocque, également de Coteau Road, en 2008.

Équipe Nouveau-Brunswick disputera son premier match le mercredi 7 novembre face à l’Ontario.

À noter qu’on peut suivre le déroulement des rencontres en direct sur le site (www.hockeycanada.ca/nwu18c).

Stéphane Paquette
À propos de Stéphane Paquette

Originaire du Québec, Stéphane Paquette a amorcé ses études de second cycle à l’Université de Montréal en histoire, géographie et sciences politiques. Il est arrivé en Acadie à l’automne 1990 pour compléter ses études universitaires en Information-Communications à l’Université de Moncton. Pendant son séjour à Moncton, il fait ses premiers...
En savoir plus