Hockey: les Aigles Bleus pourraient être privés de leur gardien numéro un

HALIFAX – Après avoir envoyé les X-Men en vacances, les Aigles Bleus tenteront de faire le même coup aux Huskies de la Saint Mary’s University.

Cette série demi-finale trois de cinq du Sport universitaire de l’Atlantique débute vendredi soir au Forum de Halifax.

Les Aigles Bleus (18-9-1 en saison régulière) ont remporté deux gains et subi autant de revers contre les Huskies (18-7-3) cette saison.

«Nous avons gagné une série, mais pas encore la coupe, a commenté le gardien du Bleu et Or, Pierre-Alexandre Marion. Il faut être en confiance et n’avoir aucun doute si nous voulons vaincre Saint Mary’s. Ça sera une série serrée.»

À sa dernière sortie, Marion a blanchi les X-Men.

«Je ne dirais pas que je peux blanchir les Huskies à toutes les parties, mais je vais essayer de garder ma performance au plus haut niveau. Je veux donner une chance à mon équipe de gagner tous les matchs», a dit le cerbère de 24 ans originaire de Gatineau, au Québec.

Se sentant plus ou moins bien depuis quelques jours, Marion pourrait ne pas être devant la cage du Bleu et Or pour le premier duel de la demi-finale.

«Nous sommes l’une des équipes de la ligue qui a le plus souvent utilisé son gardien réserviste en saison régulière pour cette raison. Si quelque chose arrive à Marion, André (Michel Guay) peut faire le travail», a indiqué Serge Bourgeois, le pilote des Aigles Bleus.

Lors de la dernière campagne, Guay a présenté une fiche de cinq victoires et trois défaites en neuf rencontres. Il a maintenu une moyenne de buts alloués de 3,12.

Les Aigles Bleus joueront à Halifax vendredi et samedi. La troisième rencontre sera présentée mercredi à Moncton.

«C’est un endroit difficile à gagner, mais il faut en gagner au moins une là-bas et nous devrons faire le travail à la maison», a dit Serge Bourgeois.

L’entraîneur des Huskies, Trevor Steinburg, assure que ses hommes sont impatiens de sauter sur la patinoire.

«Nous sommes frais et nous ne pourrions pas être plus prêts. Nous avons profité de 10 jours de congé pour effectuer une solide préparation», a indiqué le pilote de la formation néo-écossaise, qui avait obtenu un laissez-passer pour la demi-finale en vertu de sa deuxième position au classement à l’issue de la saison régulière.

Stienburg est conscient que la tâche ne sera pas facile. L’U de M est notamment une troupe qui joue bien sur la route.

«Moncton a une grosse équipe, rapide et elle est bien entraînée. Serge a fait du bon boulot et ses joueurs seront certainement prêts», a indiqué celui qui a remporté un championnat canadien en 2010.

Pour revenir à Bourgeois, il se disait un peu nerveux et excité à l’aube du début de la série.

«Si nous passons face aux Huskies, nous avons de bonnes chances de participer au championnat canadien», croit-il.

Une victoire des Varsity Reds de la University of New Brunswick contre les Panthers de la University of Prince Edward Island dans l’autre demi-finale signifierait que les vainqueurs de la série Aigles Bleus et Huskies auront droit à un laissez-passer pour la grande danse nationale, le championnat canadien étant présenté à Fredericton, du 22 au 25 mars.

«Ça va être physique. Les Huskies sont gros, ils ont de la vitesse et ils sont très agressifs. Ça va brasser», a dit Bourgeois.

Chose certaine, les Aigles Bleus ont déjà hâte de revenir à la maison afin de jouer devant leurs fidèles et partisans bruyants.

«Ça fait longtemps que nous n’avons pas vu les gradins aussi pleins. C’est le fun!», a lancé le pilote du Bleu et Or.

«C’est très plaisant!», a assuré Pierre-Alexandre Marion.