Membre du groupe Acadie Média|Mercredi 22 octobre 2014
Vous êtes ici: Accueil » Sports » Un meilleur effort, mais l’U de M perd quand même

Un meilleur effort, mais l’U de M perd quand même 

34_aigles_bleus_lead_5

FREDERICTON – Les Aigles Bleus ont beaucoup mieux paru dans le deuxième match, mais ne peuvent venir à bout des Varsity Reds de UNB.

Un doublé de Kyle Bailey a mené les champions du calendrier régulier à une victoire de 4 à 2, jeudi soir, devant près de 2800 spectateurs réunis au Centre Aitken.

aCe gain permet à UNB de prendre une avance de 2-0 dans cette série finale 3 de 5 du Sport universitaire de l’Atlantique (SUA).

Jonathan Harty et Luke Gallant ont aussi touché la cible du côté des Varsity Reds.

Éric Faille et Guillaume Parenteau ont répliqué pour le Bleu et Or.

La troupe de Serge Bourgeois a connu un bien meilleur départ que mercredi.

Guillaume Parenteau a d’ailleurs donné une avance de 1 à 0 aux visiteurs à mi-chemin dans l’engagement, après une belle passe de Marc-André Côté. Rémi Blanchard a également récolté une mention d’aide sur le jeu.

Kyle Bailey allait cependant profiter d’un avantage numérique pour créer l’égalité avec moins de deux minutes à faire au premier tiers.

Jonathan Harty et Luke Gallant ont offert une priorité de 3 à 1 aux locaux en touchant la cible en l’espace de trois minutes au deuxième engagement.

Le match est devenu carrément vicieux quand Marc-André Côté a appliqué un solide coup d’épaule au gardien Travis Fullerton, à mi-chemin dans la rencontre.
Cet incident a semblé fouetter le Bleu et Or, qui allait réduire l’écart à un seul but lors d’un avantage numérique.

Mais la balance allait de nouveau pencher en faveur des locaux avec moins de deux minutes à faire à la période.

Le gardien des Varsity Reds a remporté une course contre Éric Faille pour la rondelle, avant de faucher le joueur de l’U de M.

Le jeu s’est transporté à l’autre bout et Kyle Bailey a porté la marque à 4 à 2.

Personne n’a réussi à marquer en troisième, même si le Bleu et Or a pressé le pas pour créer l’égalité.

Le troisième match de cette série 3 de 5 aura lieu dimanche soir à l’aréna J.-Louis Lévesque.

«LES PÉNALITÉS NOUS ONT TUÉS» – ÉRIC FAILLE

FREDERICTON – «Malgré la défaite, le deuxième match a été très différent de celui de mercredi. Nous avons joué comme les vrais Aigles Bleus.»
L’entraîneur Serge Bourgeois se disait bien sûr déçu du revers, mais encouragé par le rendement de ses joueurs.
«Il ne fait pas oublier que nous venons de jouer deux parties contre une bonne équipe de hockey, dans leur building. Je pense qu’ils ont marqué deux buts chanceux, et c’est ce qui a fait la différence», souligne l’homme de banc de l’U de M.
«Je suis fier de mes gars. Nous avons apporté plusieurs ajustements après le premier match et nous avons vu une grosse amélioration jeudi soir», poursuit-il.
Éric Faille était du même avis.
«Nous sommes sortis beaucoup plus fort (que lors du premier match). Mais les pénalités nous ont tués», indique le numéro 7 du Bleu et Or.
«Nous avons pris de mauvaises punitions, mais ce sont des choses qui arrivent dans le feu de l’action. Il faudra juste être plus concentrés pour le prochain match», mentionne celui qui a réussi un des buts de son équipe.
L’attaquant Francis Rochon parlait aussi de l’importance de la discipline face à une aussi puissante machine de hockey.
«Je ne suis pas inquiet. Après deux défaites, nous sommes toujours revenus fort cette saison. Il faut seulement garder nos émotions à la bonne place», explique-t-il.
«Il faut jouer intelligemment et ne pas embarquer dans leur jeu. On va manger des coups, mais c’est normal, c’est la bataille du Nouveau-Brunswick. Ce sont deux équipes qui ont une grosse rivalité», poursuit le numéro 14 du Bleu et Or. – SP

«NOTRE DÉSAVANTAGE NUMÉRIQUE A ACCOMPLI TOUT UN BOULOT» – GARDINER MACDOUGALL

FREDERICTON – Le capitaine Kyle Bailey affichait un grand sourire, malgré la bataille qui venait d’avoir lieu sur la surface glacée du Centre Aitken.
«Ce fut un match extrêmement robuste, mais c’est ça le hockey de séries. La clé du succès pour nous, c’est que nous avons réussi à limiter leur jeu de puissance à pas grand-chose (un but)», indique le numéro 32 des Varsity Reds.
Bailey n’a pourtant pas montré l’exemple, écopant de deux pénalités au cours de la rencontre.
«Je prends beaucoup de fierté à être pas mal plus fort que ça mentalement. Je prends l’entière responsabilité de mes décisions», affirme-t-il.
L’entraîneur Gardiner MacDougall, lui, semblait fort décontracté après cette deuxième victoire en autant de soirs quand il a accueilli les journalistes dans son bureau.
«Je m’attendais à une partie d’un ou deux buts de différence. Nous avons dans ce duel deux bonnes équipes qui vont se battre pour chaque centimètre de glace jusqu’au bout», image-t-il.
«Le travail de nos unités spéciales a aussi joué un grand rôle dans cette victoire. Notre désavantage numérique a accompli tout un boulot», ajoute-t-il.
Le pilote des Varsity Reds affichait un large sourire quand la question de la rivalité entre les deux établissements a fait surface.
«Nous avons beaucoup de fierté dans cette ligue et les émotions sont parfois à fleur de peau. Nous en avons eu un autre exemple ce soir. Ça fait du hockey passionnant pour les amateurs, mais aussi pour les joueurs», indique M. MacDougall.
«De mon côté, je suis très heureux de constater que j’ai beaucoup de soldats qui sont allés au front dans ce deuxième match». – SP

Stéphane Paquette
À propos de Stéphane Paquette

Originaire du Québec, Stéphane Paquette a amorcé ses études de second cycle à l’Université de Montréal en histoire, géographie et sciences politiques. Il est arrivé en Acadie à l’automne 1990 pour compléter ses études universitaires en Information-Communications à l’Université de Moncton. Pendant son séjour à Moncton, il fait ses premiers...
En savoir plus