Les Stingers du Sud-Est font l’histoire

BURNABY – Les Stingers du Sud-Est ont écrit une page d’histoire samedi aux Championnats canadiens de ringuette. Jamais une formation des Maritimes n’était montée sur la plus haute marche du podium à cet événement rassemblant les meilleures équipes du Canada.

Les patineuses de Gilles Proulx sont débarquées en Colombie-Britannique, plus précisément à Burnaby, avec un seul objectif en tête: remporter la médaille d’or dans la catégorie 16 ans et moins aux Championnats canadiens de ringuette.

Samedi soir, elles pouvaient enfin dire mission accomplie.

Les athlètes du Nouveau-Brunswick ont vaincu les championnes provinciales ontariennes de London par la marque de 7 à 3. Les deux derniers buts ont été comptés dans un filet désert.

«C’était incroyable le feeling! Je ne pouvais pas le croire», a raconté la gardienne Nathalie Poirier, qui a été nommée sur la première équipe d’étoiles du tournoi.

En finale, Miguelle Proulx, Jenny Snowdon et Catherine Lang ont chacune réussi un doublé pour les gagnantes. Dominik LeBlanc a aussi marqué.

«Nous travaillons en équipe et nous n’abandonnons jamais. Dans la ronde éliminatoire, nous étions très nerveuses, mais nous étions prêtes mentalement», a assuré Poirier, une Dieppoise de 15 ans.

En demi-finale, les Stingers ont de justesse pris la mesure des représentantes de Calgary. Le deuxième but de la partie de Miguel Proulx avec quatre secondes à faire à ce match à procurer une victoire de 5 à 4 aux siennes.

«Ce sont sept mois de travail qui ont porté ses fruits, a fièrement dit Gilles Proulx, qui ne pourrait pas être plus heureux de ses protégées. C’est une grosse journée pour la ringuette au Nouveau-Brunswick.»

En 2007 à Halifax, la formation de Proulx avait perdu le match ultime de ce même événement.

«On dirait que je ne peux pas encore croire que nous venons de gagner le championnat canadien. C’est tout un accomplissement. Nous avions le calendrier le plus difficile de toutes les équipes», a raconté le pilote.

En ronde préliminaire, les Stingers ont disputé quatre de leurs sept rencontres contre des formations qui ont réussi à se hisser dans le top 4 des 20 troupes.

«André Vautour et Lise Gautreau ont bien préparé nos filles sur le plan mental. Côté conditionnement, je pense que nous avions les filles qui étaient le plus en forme», a vanté Proulx.

Les Stingers ont ainsi complété leur campagne avec un dossier de 41 gains et un revers. Seule la formation provinciale de la Nouvelle-Écosse a infligé une défaite aux championnes canadiennes, qui ont perdu en finale de l’Atlantique. Ce fut le grand réveil!

«Les filles ont réalisé que nous n’étions pas invincibles», a dit leur entraîneur.

Outre Nathalie Poirier, Émily Saucier (défenseure) et Miguelle Proulx (attaquante) ont été sélectionnées pour faire partie de la première équipe d’étoiles du tournoi qui s’est déroulé sur la côte Pacifique.

Les Hot Shots de West-Kent ont pour leur part perdu en finale consolation.