Couturier pourrait rejoindre un trio historique

PHILADELPHIE – Le jeune joueur de centre des Flyers de Philadelphie, Sean Couturier, pourrait devenir mercredi soir le quatrième Acadien dans l’histoire de la Ligue nationale de hockey à franchir le premier tour des séries éliminatoires de la coupe Stanley. Le dernier en lice était l’ailier gauche Scott Pellerin en 1998-1999, alors qu’il évoluait pour les Blues de St. Louis.

Le défenseur Charles Bourgeois et le gardien Roland Melanson ont également réussi l’exploit pendant les années 1980. Melanson est par ailleurs le seul du groupe à avoir déjà apposé son nom sur le précieux trophée, exploit qu’il a réalisé à trois reprises avec les Islanders de New York (1980-1981, 1981-1982, 1982-1983).

Couturier, qui est devenu vendredi le premier Néo-Brunswickois à inscrire un tour du chapeau dans les séries éliminatoires, a eu droit aux bravos d’un peu tout le monde au cours de la dernière semaine. Cependant, c’est surtout son travail défensif en tant que couvreur attitré d’Evgeni Malkin, l’une de ses idoles de jeunesse, qui lui attire le plus de louanges. Malkin, le champion pointeur du circuit et l’un des finalistes pour le titre de Joueur le plus utile, présente un différentiel négatif de -4 jusqu’ici en trois matchs. Pire encore, la vedette des Penguins n’a pas réussi à s’inscrire à la marque malgré le déluge de buts marqués lors de chacune des rencontres.

«Il est l’un des meilleurs, a déclaré Couturier à csnphilly.com, mardi. Il est très habile, il est gros et il est puissant avec la rondelle. J’ai toujours aimé sa façon de jouer. Il est très respecté partout dans la ligue. Mais actuellement, c’est la guerre entre les deux équipes. Si nous pouvons le contrer, c’est motivant pour l’équipe. Il est cependant si bon que tu te dois d’être fin prêt et encore plus le match suivant. C’est le genre de joueur qui peut transformer une série à lui seul n’importe quand.»

L’excellence de Couturier est telle que les joueurs des Penguins lui ont cherché noise lors du dernier match. James Neal lui a d’ailleurs servi une sournoise mise en échec qui l’a quelque peu ébranlé. Heureusement, le Néo-Brunswickois de 19 ans a pu compléter la rencontre.

Le chroniqueur du Edmonton Journal, Jim Matheson, estime pour sa part que les Flyers ont commis un véritable vol en le sélectionnant au huitième rang du dernier repêchage.

«Je me souviens des jours qui ont précédé le repêchage de juin dernier au Minnesota alors que les recruteurs parlaient de la chute de Sean Couturier dans le classement. Parce qu’il a été victime d’une mononucléose et que ses statistiques n’ont pas été meilleures que lors de sa saison précédente, ils ont commencé à attacher plus d’importance à d’autres jeunes comme Gabriel Landeskog, Jonathan Huberdeau et Mika Zibanejad. Pourtant, ils parlaient du même jeune qui, avant la saison 2010-2011, était considéré comme le meilleur espoir et qui venait d’être choisi le joueur le plus utile de la LHJMQ à seulement 17 ans, un exploit que seul Sidney Crosby a réalisé au même âge.»

Son coéquipier Jaromir Jagr, dont la place au Temple de la renommée du hockey est assurée depuis déjà plusieurs années, compare Couturier à Ron Francis, avec qui il a joué ses premières saisons chez les Penguins de Pittsburgh au début des années 1990.

Pour un beau compliment, c’en est tout un.