Les Sea Dogs voient leur série de gains s’arrêter à 10

CHICOUTIMI, Québec – Les Sea Dogs de Saint-Jean ne sont pas invincibles.

La bande de Gerard Gallant a goûté pour la première fois à la défaite dans les présentes séries, mardi soir, au Centre Georges-Vézina, alors que les Saguenéens de Chi­coutimi l’ont emporté 5 à 4.

C’est un but d’Étienne Brodeur à 7:26 de la période de prolongation qui a permis aux Bleus d’arracher une première victoire dans cette demi-finale du circuit Courteau.

Les Sea Dogs tentaient de devenir la deuxième équipe dans l’histoire de la LHJMQ à remporter la Coupe du Président sans perdre un seul match éliminatoire. Les Olympiques de Hull, édition 1985-1986, demeurent donc la seule formation à avoir réalisé l’exploit. Les Olympiques, dirigés alors par le regretté Pat Burns, comptaient dans leurs rangs des joueurs de la trempe de Luc Robitaille, Benoit Brunet, Sylvain Côté, Pat Brisson, Guy Rouleau et l’actuel directeur général des Mooseheads de Halifax, Cam Russell.

Les Sea Dogs, qui présentent une fiche de 44-11 en matchs éliminatoires depuis trois ans (en incluant les quatre gains obtenus à la Coupe Memorial), mènent toujours la série 2-1. La quatrième partie aura lieu jeudi soir en sol québécois.

«Nous n’étions pas prêts à jouer en début de match (Chicoutimi menait 2 à 0 après la première). Nous avons mieux joué en deuxième et en troisième, c’était du jeu assez égal», a exprimé le défenseur acadien Pierre Durepos.

«Ils ne voulaient pas perdre devant leurs partisans. Leur gardien (Christopher Gibson) a fait de gros arrêts. Nous savons qu’ils vont sortir de la même façon jeudi. Il faudra que nous soyons prêts», a ajouté le natif de Shediac.

Pour sa part, l’entraîneur Gerard Gallant a parlé d’une défaite bien méritée.

«Nous n’avons pas bien joué, a mentionné Gallant au Journal de Montréal après le match. Nous n’avons pas mis le match hors de portée dans les moments opportuns et il faut donner crédit à Chicoutimi qui n’a jamais abandonné. Ils ont joué rude et physique devant une foule survoltée. C’est normal qu’ils ne soient pas fatigués en fin de match avec l’énergie de la foule qui les a transportés. Cette défaite est peut-être la meilleure chose qui pouvait nous arriver. Il fallait bien perdre une rencontre à un moment donné.»

Même s’ils ont été dominés 46-33 au chapitre des tirs, les Saguenéens ont livré tout un duel à la puissante formation néo-brunswickoise mardi. Les hommes de Marc-Étienne Hubert ont joué du hockey désespéré, physique et intense.

Le défenseur Andrew O’Brien a connu toute une soirée de travail avec ses percutantes mises en échec, notamment aux dépens de Tomas Jurco et de Ryan Tesink.

Le gaillard de 6 pi 3 po et 200 lb a réussi à déranger constamment les meilleurs attaquants adverses, en plus de conserver un excellent différentiel de +3. Il est le héros obscur jusqu’à maintenant dans le clan de Chicoutimi.

«C’est un gros bonhomme très physique. Il fait du bon travail sur nos attaquants. Mais nous avons aussi une équipe assez physique. Les entraîneurs s’attendent à ce que nous soyons plus physiques», a fait savoir Pierre Durepos.

Pour une rare fois, les talentueux Jonathan Huberdeau et Zack Phillips ont été blanchis de la feuille de pointage mardi. Huberdeau a aussi connu des ratées en défensive, terminant la rencontre à -2.

De l’autre côté, Jean-Gabriel Pageau, Christian Ouellet et Brodeur ont amassé trois points chacun.