Jeux de l’Acadie: la balle molle en péril

CARAQUET – Même si elle sera présente à Argyle, en Nouvelle-Écosse, cet été, la discipline de la balle molle pourrait être vouée à disparaître aux Jeux de l’Acadie. En fait, c’est toute la programmation sportive qui risque de changer.

En février, le Comité de développement sportif (CDS) de la Société des Jeux de l’Acadie (SJA) a tenu un important forum avec plusieurs intervenants et athlètes. Un autre rendez-vous du genre est prévu en août afin de discuter de la programmation sportive des Jeux.

Après tout, comme les sports sont les mêmes depuis 1999, une telle réflexion s’impose. C’est lors de l’assemblée générale annuelle de la SJA que des décisions concrètes seront prises. La balle molle, par exemple, pourrait disparaître.

«C’est le sport le moins populaire aux Jeux. Il faut suivre l’évolution des jeunes. La gymnastique et le cyclisme ont déjà été enlevés par le passé», a expliqué la présidente de la SJA, Mélanie McGrath.

Déception dans Chaleur

Évidemment, cette possibilité ne fait pas l’affaire de tous, particulièrement dans la région Chaleur où la balle molle est en bonne santé.

«La balle molle n’a jamais été aussi populaire ici. Nous avons trois équipes en lice en vue des prochains Jeux, une ligue féminine pour adultes, des équipes pee-wees, midgets et bantams qui se rendent régulièrement aux championnats provinciaux», a fait savoir l’entraîneur du Domaine Étudiant, Robert DeGrâce.

«La balle molle, ça donne une autre option de sport aux filles qui ont une moins bonne condition physique. Il y a un énorme sentiment d’appartenance à leur école aussi. Si le soccer était menacé, je suis certain que la SJA réagirait davantage et ferait quelque chose», a ajouté M. DeGrâce.

L’entraîneur ne nie pas qu’il semble y avoir un manque d’intérêt pour la balle molle dans d’autres régions, mais il a sa propre explication.

«Certaines formations seraient allées aux Jeux par acclamation dans le passé, sans tournoi régional. On dirait que c’est parce que les autres équipes ont laissé le champ libre à la meilleure et qu’elles ne voulaient pas compétitionner.»

D’autres changements

La SJA précise qu’elle consultera toutes les personnes concernées avant de prendre des décisions concrètes.

L’ajout de sports comme le taekwondo et l’ultimate frisbee, notamment, du para-athlétisme et d’un volet éducatif seront également discutés au cours des prochains mois.

Une chose est certaine, si des sports sont ajoutés, d’autres disparaîtront afin de maintenir le même nombre d’athlètes.

«Nous ne voulons pas avoir 200 athlètes de plus et mettre davantage de poids sur les municipalités hôtesses», a indiqué Mélanie McGrath.