Karine Doiron époustouflante devant le Ice d’Ottawa

Peu importe le sport, particulièrement quand ça se termine dans la joie, il y a de ces moments qui reviennent rapidement sur le tapis lorsque vient le temps de faire le bilan d’une longue saison. Pour l’Attack de l’Atlantique, la journée de samedi est justement l’un de ces moments.

Privé de sa vedette offensive Martine Caissie contre le Ice d’Ottawa (11-3-1, 23 pts), l’Attack (10-2-1, 21 pts) a non seulement triomphé deux fois de façon fort spectaculaire, mais il a surtout prouvé qu’il figure à coup sûr parmi les favoris pour tout rafler cette saison.
«C’était un gros week-end pour nous. Le Ice est en première place de la Ligue nationale de ringuette et c’était clair qu’il venait ici pour gagner», mentionne l’entraîneur Gilles Proulx.
«J’ai aimé voir dans le regard de chacune des filles le désir de gagner. Elle ont joué comme si elles étaient dans le septième match d’une finale. Elles ont toutes su élever leur jeu d’un cran», indique-t-il.
Parmi les filles qui particulièrement retenu l’attention, on retrouve en premier lieu Karine Doiron. La jeune gardienne de Saint-Louis-de-Kent a fait un Carey Price d’elle-même en repoussant 108 des 112 lancers du Ice dans des victoires de 8 à 1 et 6 à 3.
La principale intéressée a toutefois tenu à minimiser sa contribution.
«Je suis contente d’avoir pu contribuer aux deux victoires, surtout que c’était une fin de semaine importante pour nous. Nous venons d’aller chercher des points importants. La défensive devant moi a été très forte. C’est grâce aux filles que plusieurs lancers ont été faciles à arrêter. Je suis très chanceuse d’avoir une telle défensive, lance-t-elle.
«Bien sûr, j’étais sous le choc quand j’ai appris le nombre de lancers après ces deux matchs, mais c’est quand même grâce aux filles si je ne sens pas trop le caoutchouc», ajoute-t-elle en riant.
Des propos confirmés par l’entraîneur Gilles Proulx.
«Karine a été extraordinaire, ça ne fait aucun doute, révèle-t-il. En même temps, les filles devant elle ont bien travaillé pour lui faciliter le travail. Le Ice est une équipe qui aime lancer souvent et de partout, mais Karine a toujours été en mesure de bien voir l’anneau grâce à ses coéquipières.»
L’attaquante Jenny Snowdon, qui a connu un gros samedi avec une récolte de huit points (2-6), a été la plus dithyrambique envers la gardienne.
«Nous sommes très chanceuses d’avoir Karine dans notre équipe», affirme-t-elle.
«Elle est toujours en feu et nous avons tellement confiance en elle. Elle nous impressionne chaque fois qu’elle est devant son filet», indique Snowdon.

Deux gains importants
Dans le gain de 8 à 1 présenté au Forum de Bouctouche, Jenny Snowdon (2-2) et Miguelle Proulx (2-1) ont obtenu deux buts chacune. Les autres réussites sont venues des bâtons de Joëlle Proulx (1-3), Dominik LeBlanc (1-1), Josée Doiron (1-1) et Kaitlyn Gallaway (1-1).
Brittany MacDonald a été l’unique buteuse du Ice qui a pourtant tiré 60 fois vers Karine Doiron.
Puis, en début de saison, devant plus de 300 spectateurs à l’aréna de Memramcook, les soeurs Proulx, Miguelle et Joëlle, ont pris les choses en main en enfilant tous les buts dans un triomphe de 6 à 3.
Miguelle en a réussi quatre et Joëlle s’est occupée de deux autres. Jenny Snowdon a amassé quatre mentions d’aide. Karine Doiron, elle, a repoussé 49 des 52 anneaux dirigés vers elle.
Molly Lewis (2-1) et Kali MacAdam (1-1) ont fourni la riposte du Ice.
«Nous allons avoir du succès tant et aussi longtemps que nous allons respecter notre plan de match et que nous gagnerons les petites batailles ici et là dans le feu de l’action», souligne Jenny Snowdon.
«Si nous faisons ça, nous allons continuer de grandir en tant que club. C’est d’ailleurs exactement ce que nous avons fait contre Ottawa samedi. Toutes les filles ont haussé leur jeu d’un cran. Nous voulons juste continuer de progresser et devenir l’équipe que nous savons que nous pouvons devenir», ajoute la jeune vedette âgée de 19 ans.
«Ces deux victoires sont un pas important vers où nous voulons aller, confie Gilles Proulx. Nous voulons gagner une médaille au Championnat canadien. Bien sûr, ce n’est pas terminé. Il y a plusieurs bonnes équipes et ça ne sera pas facile jusqu’à la fin. Nous allons maintenant nous préparer pour nos quatre rencontres en Ontario en fin de semaine.»