Des Olympiques bien «spéciaux» pour trois Acadiens

Plus de 3000 athlètes et 1100 entraîneurs, provenant de 110 pays, vivront leurs propres rêves olympiques, en Autriche. À travers tout ça, trois Acadiens, qui ne tiennent plus en place juste à l’idée de plonger dans cette expérience unique des Jeux olympiques spéciaux mondiaux d’hiver 2017.

Mario Richard, Sacha LeBlanc et Véronique LeBlanc ont décollé de Toronto lundi matin vers l’Europe, en compagnie des 145 autres membres de la délégation canadienne qui prendra part à cet événement international, du 14 au 25 mars.

La patineuse de vitesse Véronique LeBlanc a remporté plusieurs médailles aux Jeux canadiens des Olympiques spéciaux l’an dernier. – Gracieuseté

Le programme des Olympiques spéciaux permet aux personnes qui présentent une déficience intellectuelle, un retard cognitif ou une déficience développementale de développer ses aptitudes physiques à travers divers sports.

Mario Richard, de Saint-Isidore, fera partie de l’équipe d’entraîneurs en patinage artistique, alors que Sacha LeBlanc, de Dieppe, fera le même travail avec les athlètes en patinage de vitesse.

Enfin, Véronique LeBlanc, de Memramcook, sera l’une des patineuses de la formation canadienne en patinage de vitesse.

«C’est la première fois que nous avons autant d’Acadiens dans l’équipe. C’est vraiment incroyable», a fait remarquer Mario Richard, qui est engagé dans le programme depuis maintenant 20 ans dans la Péninsule acadienne.

«C’est un grand honneur d’avoir été choisi, car ce n’est pas tout le monde qui peut avoir la chance d’y aller. Depuis bientôt un an, je travaille avec des athlètes incroyables. Nous allons avoir une équipe vraiment forte», estime cet entraîneur qui s’occupe notamment du développement de Janie McGraw, d’Inkerman – deux médailles aux Jeux mondiaux tenus en Corée du Sud il y a quatre ans, – et Molly Kane, de Bathurst.

Sacha LeBlanc a pratiqué le patinage de vitesse pendant une vingtaine d’années et elle est devenue entraîneure au début des années 2000. Elle collabore aux Olympiques spéciaux depuis sept ans.

«Ce que j’ai le plus hâte est de voir nos athlètes réaliser leurs buts. Ils ont travaillé si fort pendant toute l’année. Je suis certaine qu’ils vont atteindre leurs objectifs», soutient-elle.

Athlète dans le programme depuis maintenant 10 ans, Véronique se dit heureuse et fière de participer à ses premiers Jeux mondiaux. Elle a remporté deux médailles aux Jeux d’hiver d’Olympiques spéciaux 2016 à Corner Brook (Terre-Neuve-et-Labrador), ce qu’elle considère comme sa plus grande réalisation à ce jour.

«Les Olympiques spéciaux comptent beaucoup pour moi, parce qu’ils me permettent de me faire de nouveaux amis et d’avoir une bonne santé. Mon objectif en Autriche est de me faire de nouveaux amis», a commenté sur son profil de l’équipe canadienne celle qui pratique également la balle molle, la natation et l’athlétisme.

«Depuis qu’elle a appris qu’elle avait été choisie sur l’équipe canadienne, Véronique s’est entraînée six jours par semaine et on a vu une grande amélioration dans ses performances et dans son niveau technique. Elle a déjà battu plusieurs de ses records personnels cette année», s’est réjouit Sacha leBlanc.

Les Jeux olympiques spéciaux mondiaux d’hiver 2017 se dérouleront dans les villes de Graz (deuxième en importance en Autriche avec ses 280 000 citoyens), de Schladming et de Ramsau. Les compétitions de patinage artistique et de patinage de vitesse se tiendront à la patinoire de Graz.

Trois autres représentants du Nouveau-Brunswick font partie de l’équipe canadienne. Josh Astle, de Fredericton, fait partie de l’équipe de mission, alors que Susan Brody agira en tant qu’entraîneure adjoint en raquettes dans cette sélection qui comprend Jennifer Jackson, de Fredericton.

Le Canada sera également représenté au hockey intérieur, en ski alpin et en ski de fond.