EXCLUSIF – Une Française dans l’uniforme des Aigles Bleues

On croyait pourtant que les Aigles Bleues de l’Université de Moncton avaient complété leur magasinage en vue de la saison 20017-2018. Mais Denis Ross avait un autre lapin à sortir de son chapeau.

Maëlle Rioux débarquera à Moncton en septembre avec une feuille de route imposante.

Née à Paris, la Québécoise d’adoption a porté les couleurs de l’équipe de France U-18 lors de plusieurs rencontres internationales.

Elle a également évolué pour des Titans du cégep de Limoilou au cours des quatre dernières saisons.

L’athlète âgée de 21 ans se présentera donc au camp de l’U de M avec un bon bagage d’expérience.

Malgré tout, elle se dit consciente d’avoir une période d’adaptation à vivre à son arrivée en Acadie.

«Je sais que les filles sont plus vieilles, plus rapides et plus fortes physiquement. C’est sûr que les systèmes de jeu sont aussi plus développés au niveau universitaire que dans le hockey mineur», explique celle qui possède la citoyenneté française et canadienne.

Elle se dit prête à vivre une nouvelle aventure en Acadie.

«Beaucoup de gens m’ont parlé de Moncton et de l’accueil des gens. C’est aussi une petite ville et une ville étudiante. C’est vraiment la place qui me convenait le plus. Je sais que je n’aurai pas de problème à m’adapter.»

Rioux promet de débarquer dans le nid des Aigles avec le couteau entre les dents.

«Je vais m’entraîner fort cet été pour montrer que je peux avoir un impact sur l’équipe. Je veux leur prouver qu’ils ont bien fait de prendre une fille de Québec», lance-t-elle en pouffant de rire.

«Même si je serai une joueuse de première année, je vais tout faire pour gagner mon temps de glace et mériter ma place. Je veux apprendre des autres filles et donner mon maximum tout le temps.»

La future étudiante en criminologie a vécu toutes sortes de belles expériences au cours des dernières années.

Elle a porté les couleurs de la France lors du Tournoi des Quatre Nations U-18 face à la Suisse, à l’Allemagne et à la République tchèque.

Elle a également participé à un camp de l’équipe nationale française.

L’attaquante a aussi eu droit aux conseils de son frère Axel dans son développement.

«Mon frère, c’est mon modèle. J’ai vraiment appris beaucoup de lui», mentionne-t-elle.

Repêché par les Remparts de Québec lors de la séance de 2010 à Moncton, Axel Rioux évolue aujourd’hui dans la Ligue élite de France à Amiens.

«En fait, c’est pas mal lui qui m’a appris à jouer au hockey. J’ai la même vision du jeu que lui. Je pense que je lui dois beaucoup.»

L’entraîneur Denis Ross n’est pas peu fier de sa dernière prise.

«Ça faisait déjà deux ans qu’on la suivait. Elle a un très bon tir et c’est une excellente fabricante de jeu. Je la vois dans les deux premiers trios de l’équipe si elle arrive au camp prête et en bonne forme physique», affirme-t-il.

Maëlle Rioux est donc la neuvième recrue à se greffer au noyau du Bleu et Or, après Émilie Arsenault, Élizabeth Tremblay, Caroline Chiasson, Alyssa Sibley, Gabrielle Saulnier, Jessica Bouchard, Natasha Ireland et Shelaine Gallant.