Tom Coolen: «J’ai vu le monde et j’ai rencontré des gens extraordinaires»

C’était écrit dans le ciel qu’on reverrait un jour Tom Coolen dans le coin. Après avoir fait le tour de la planète hockey plusieurs fois, l’entraîneur néo-brunswickois est de retour chez lui. Cette semaine, il était derrière le banc des Cataracts de Grand Falls-Windsor, les représentants de Terre-Neuve-et-Labrador au tournoi de la coupe Allan.

Il s’agit en fait d’un deuxième tour de piste pour lui avec cette formation, puisqu’il a déjà porté leurs couleurs comme joueur, au début des années 1980.

«À mon époque, nous n’avions pas beaucoup d’endroits pour jouer», raconte-t-il.

«Je me suis retrouvé à Terre-Neuve avec Danny Flynn et Gordie Gallant pour devenir les joueurs importés de l’équipe de Grand Falls», se souvient-il.

«Au fil des ans, j’ai aussi dirigé plusieurs gars qui sont de cette région. Quand j’ai quitté Buffalo, je suis revenu à mon emploi d’enseignant à Fredericton. Une bonne journée, j’ai reçu un appel et ils voulaient savoir si ça m’intéressait de diriger l’équipe.»

C’était en 2015.

«Je travaille la semaine à l’école et je vais à Grand Falls pour aller chercher ma dose de hockey les fins de semaine! J’adore diriger une équipe et j’adore les gens de l’endroit.»

Tom Coolen est une figure bien connue des amateurs de hockey du sud-est, puisqu’il a dirigé les Wildcats de Moncton entre 2000 et 2002.

C’était donc pour lui une véritable semaine de retrouvailles à Bouctouche.

«Je n’avais pas réalisé à quel point cette semaine serait plaisante pour moi. Je n’arrête pas de tomber sur des gens que j’ai connus et c’est pas mal plaisant», explique-t-il.

L’entraîneur est en pays de connaissance au tournoi de la coupe Allan, lui qui a déjà dirigé les Colin Circelli, Ryan Salvis, Bruce Graham et Derek Cormier.

La connexion avec le patineur acadien remonte d’ailleurs très loin.

«C’est moi qui l’ai amené en Europe. Il terminait ses études à UNB et je savais à quel point il était tout un joueur de hockey», raconte Coolen.

«J’ai suivi sa carrière jusqu’avec l’équipe nationale. Quand il a été à la recherche d’un endroit pour jouer,  je venais d’être nommé entraîneur de l’équipe des Eagles de Kaufbeuren (en Allemagne) en 1997, et j’ai été le chercher. Il n’est jamais revenu. Il est resté en Europe 15 ans.»

Tom Coolen a pris la route de l’Europe après avoir dirigé les Axemen de l’Université Acadia de 1987 à 1995.

Il a fait des arrêts à Kaufbeuren (Allemagne) et Helsinki (Finlande), en plus de diriger des équipes en Italie, en Suisse et en Autriche.

«J’ai adoré mon séjour en Europe. Les équipes ont un horaire comparable au hockey universitaire ou collégial en Amérique. On joue habituellement deux parties les fins de semaine et on s’entraîne deux ou trois fois dans la semaine. C’est parfait quand on a une famille et ça nous laisse le temps de voyager.»

Il est passé aux ligues majeures en 2014, alors qu’il est devenu un adjoint de Ted Nolan chez les Sabres de Buffalo.

Il a par la suite suivi son bon ami avec l’équipe nationale de la Lettonie, avec qui il a participé aux Jeux olympiques de 2014 à Sochi, en Russie.

«J’ai vu le monde et j’ai rencontré des gens extraordinaires. Je n’ai aucun regret. J’ai eu une carrière exceptionnelle.»