Coupe Allan: les Cataracts de Grand-Falls-Windsor couronnés

Il est revenu, il a vu et il a conquis! On ne parle pas ici de l’empereur romain Jules César, mais bien de l’attaquant Colin Circelli.

L’ancien joueur des Wildcats de Moncton a mené ses Cataracts de Grand-Falls-Windsor (Terre-Neuve-et-Labrador) à la conquête du 108e tournoi de la coupe Allan, samedi à Bouctouche.

Celui qui a été choisi joueur par excellence de la rencontre a récolté quatre points (deux buts et deux passes) dans la victoire de son équipe de 7 à 4 sur les Generals de Lacombe (Alberta), les champions déchus.

Le Nouveau-Brunswick aura toujours une place spéciale dans le coeur du numéro 27, lui qui avait remporté le championnat canadien de hockey universitaire en 2003 à Fredericton avec les X-Men de l’Université St. Francis Xavier.

«C’est un sentiment incroyable. Nous avons perdu en demi-finale par un seul but au cours des deux dernières années. Chaque fois qu’on a la chance de remporter un titre national, c’est absolument phénoménal», affirme-t-il.

«Ce fut un effort collectif incroyable. Ça prend vraiment l’apport de tout le monde pour remporter une compétition comme celle-là. C’est mon deuxième championnat canadien au Nouveau-Brunswick, et c’est quelque chose de spécial de le remporter devant autant de parents et d’amis.»

L’entraîneur Tom Coolen, un autre ancien des Wildcats, n’avait plus de voix après la rencontre.

«Cette victoire veut dire beaucoup pour moi. Quand je jouais, la coupe Allan était quelque chose de très important dans le monde du hockey. Mais je n’ai jamais pu remporter ce trophée comme joueur. C’est incroyable de le faire comme entraîneur», raconte-t-il.

Coolen avait un message fort simple pour ses joueurs avant la finale.

«J’ai dit à mes joueurs de ne pas regarder vers leur présence suivante sur la glace, concentrez-vous sur le moment présent. Ne regardez pas ce trophée et n’y pensez même pas. Concentrez vous à envoyer la rondelle dans le fond de leur zone et mettre de la pression sur eux.»

Tom Coolen a salué le travail de ses joueurs, qui ont réussi à détrôner les champions en titre.

«C’est toujours difficile de battre les champions défendants, mais on devait passer à travers les Generals si on voulait tout gagner. Personne n’avait réussi à les battre et on devait y parvenir. C’est fabuleux. Je suis tellement heureux pour tous mes joueurs.»

Danny Wicks, un ancien des Timberwolves de Miramichi, célébrait aussi la conquête du titre canadien.

«C’est un rêve qui se réalise de remporter un titre national. Je ne peux même pas mettre les émotions que je vis dans des mots», indique celui qui en est à sa troisième saison avec les Cataracts.