Le Titan «devra être meilleur» lundi à Boisbriand

Le Titan d’Acadie-Bathurst a rendez-vous avec l’histoire lundi soir à Boisbriand. Mario Pouliot tentera de guider son équipe à une première participation à une demi-finale de la LHJMQ en plus d’une décennie.

Mais vous pouvez parier un petit 2$ que l’Armada de Blainville-Boisbriand n’aura pas du tout envie de participer à ce moment historique.

Le Titan mène la série 3-2, après un revers de 5 à 1 encaissé vendredi soir à Bathurst.

La dernière fois que l’équipe de la région Chaleur avait fait partie du carré d’as du circuit Courteau, c’était en 2007-2008.

L’équipe dirigée par Ron Choules s’était inclinée en six rencontres face aux Sea Dogs de Saint-Jean de Jacques Beaulieu.

«Pour moi, ce qui se présente demain (mardi), c’est une occasion d’avancer et de devenir meilleurs. C’est pour ça qu’on s’entraîne toute une saison, pour avoir l’opportunité de jouer ces parties-là d’une grande importance», avance Mario Pouliot.

«On est excités, mais on est prêt. On sait exactement à quoi s’attendre. On sait qu’ils vont sortir très très forts chez eux. Ce sera à nous de calmer le jeu et de prendre l’avantage dans la rencontre.»

Même si son équipe a joué un très mauvais match vendredi, l’entraîneur ne croit pas que le vent a changé de côté dans cette série.

«Je pense que le momentum en séries, il change de côté à chaque match. À ce temps-ci de l’année, c’est  toujours à recommencer. On sait que chaque équipe va l’avoir de son côté à un moment ou à un autre dans le match de mardi. Il suffit de bien gérer tout ça, un point c’est tout», souligne-t-il.

Rappelons que les rencontres six et sept (si nécessaire) seront présentées au Centre d’excellence Sports Rousseau, à Boisbriand.

«Pour nous, c’est une belle opportunité de continuer à grandir en tant qu’équipe, en tant qu’organisation et d’accomplir quelque chose de très bien. On sait ce qu’on n’a pas bien fait dans le dernier match (un revers de 5 à 1) et on se doit d’être meilleurs mardi», poursuit le pilote du Titan.

«On a eu un bon meeting avec les joueurs et un très bon entraînement d’environ 40 minutes. La pression est là parce qu’on veut gagner, on veut avancer. La pression, ça te fait devenir meilleur.»

Les experts vous diront que la quatrième victoire d’une série 4 de 7 est toujours la plus difficile à mériter. Et Mario Pouliot le sait.

«On devra être meilleurs au niveau de notre exécution. Pour être honnête, on n’a pas joué un grand match lors du match numéro cinq. On a paru nerveux et notre exécution en a souffert», affirme-t-il.

«L’Armada ne joue pas un match très compliqué. C’est une équipe qui met beaucoup de rondelles en fond de territoire et qui met beaucoup de pression. On connaît bien leur éthique de travail, c’est leur marque de commerce», raconte Pouliot.

«Pour nous, ce sera une question de bien exécuter à cinq et d’être beaucoup plus agressif en échec avant.»

Si le Titan devait l’emporter, il aurait rendez-vous avec les Sea Dogs de Saint-Jean en demi-finale.

«Je suis confiant. J’aime mon équipe et j’aime mes joueurs. Si tu es rendu à un match du carré d’as, c’est parce que tu as des gars qui travaillent fort et qui sont prêts à payer le prix. C’est pour ça que je suis confiant de remporter toutes les parties qu’on va jouer.»