Le prix à la pompe baisse et l’industrie du tourisme est confiante

DIEPPE – Le nouveau maximum du litre d’essence ordinaire à la pompe libre-service pour ce jeudi est de 94,6 ¢, mais on peut le trouver à environ 92 ¢ ce matin. À pareille date l’année dernière, le maximum pour ce même litre d’essence était fixé à 138,11 ¢.

Pour le ministre de l’Énergie, Jack Keir, les « bas » prix du litre d’essence de cet été sont simplement une conséquence de la crise économique mondiale. Victimes de cette crise, les gens attribuent une moins grande part de leur budget à leurs déplacements.

« Je penserais que la crise économique qui affecte le monde entraine une plus faible demande pour l’essence. Quand la demande est moins grande et que l’offre reste la même, les prix descendront. Je crois que c’est ce qui arrive cet été. Les gens ne conduisent pas autant. Ils ne vont pas aussi loin. Alors, la consommation est moins grande et si la consommation est moins grande, les prix chutent », explique M. Keir.
 
Tourisme
Du côté touristique, les choses semblent bien aller selon le directeur général de l’Association de l’industrie touristique du Nouveau-Brunswick, Réal Robichaud. En fait, la tendance est comparable à l’année dernière. Toutefois, ce n’est pas une conséquence directe du prix de l’essence.
 
Selon M. Robichaud, il faut tenir compte de plusieurs facteurs quand ça vient à l’industrie touristique. Il y a la météo évidemment, mais il y a aussi la crise économique qui inquiète la population. Ce qui fait que les gens semblent moins planifier leurs vacances ou les prendre plus près de chez eux.
 
Ainsi, l’achalandage et la participation aux divers festivals et activités est bonne jusqu’à présent. Par contre, certaines activités extérieures en prennent un coup. Le golf et la plage semblent avoir un moins grand achalandage en raison de la mauvaise météo.   
 
Malgré tout, des Québécois, des Ontariens et des Américains sont nombreux à venir visiter la province d’après M. Robichaud qui cite des expériences de certains tenanciers d’hébergements au Nouveau-Brunswick. Pour ce qui du Congrès mondial acadien, le tout parait de bon augure.
 
« Dans l’ensemble, je pense qu’on demeure confiant. Il y a toujours deux côtés à une médaille. On mise beaucoup sur le Congrès mondial acadien pour attirer des gens et on entend beaucoup de commentaires venant de gens de l’extérieur qui disent venir au N.-B. cet été pour aller participer au CMA et ainsi de suite », affirme M. Robichaud.
 
Il est possible de suivre l’évolution du prix de l’essence au Nouveau-Brunswick sur le site Web de la Commission de l’énergie et des services publics.