L’opposition accuse le gouvernement de favoritisme

FREDERICTON – L’opposition accuse l’administration Graham d’avoir favorisé une agence de communications proche des libéraux dans l’octroi d’un contrat pour le marketing du ministère du Tourisme et des Parcs. Le gouvernement réplique que le processus de sélection a respecté les règles de l’art.

Le chef progressiste-conservateur, David Alward, s’est dit préoccupé de constater que la firme Revolution Strategy, de Saint-Jean, a obtenu un mandat valant plusieurs millions $. Cependant, le gouvernement précise qu’une importante partie de l’argent ira pour l’achat d’espaces publicitaires dans les médias.
L’entreprise, qui a aussi un bureau à Fredericton, était autrefois dirigée par Doug Tyler, maintenant sous-ministre des priorités stratégiques au bureau du Conseil exécutif. Elle est maintenant dirigée par Derek Riedle. M. Riedle était le manitou des communications au sein du «gros autobus rouge» des libéraux lors des deux dernières campagnes électorales, a rappelé M. Alward.
Le ministre du Tourisme et des Parcs, Stuart Jamieson, a tenu à préciser que le processus d’appels d’offres qui a été lancé avec le ministère de l’Approvisionnement et des Services était ouvert et transparent et a attiré cinq solides agences disposées à travailler avec le ministère pour mettre en oeuvre la nouvelle orientation provinciale en matière de tourisme.
«Alors que nous nous apprêtons à dévoiler une nouvelle orientation de marketing pour 2010-2012, nous avons hâte de voir les idées créatives que cette agence apportera pour que le N.-B. reste à l’avant-plan et sous les projecteurs comme destination touristique. Pour ce faire, elle fera appel à de nouvelles technologies et à de nouveaux outils pour satisfaire les exigences changeantes des consommateurs, s’appuyant toutefois sur les réussites de nos campagnes de marketing antérieures», a expliqué le ministre Jamieson.
Pour la première fois, l’Association de l’industrie touristique du N.-B. a été invitée à participer au processus d’évaluation à titre d’observateur tiers. Le directeur général de l’Association, Réal Robichaud, a précisé que le processus s’est déroulé de manière très coordonnée et que les critères ont été suivis à la lettre.
«Nous avons été impliqués dans le processus du début à la fin, la fin étant la sélection de l’entreprise», a indiqué M. Robichaud.
«Notre rôle était de nous assurer que le processus était suivi et que les critères établis respectaient les normes et les besoins de l’industrie au chapitre de la direction vers laquelle le développement du secteur touristique doit se diriger», a ajouté Réal Robichaud.
Malgré cela, le choix de Revolution Strategy soulève des préoccupations, a lancé M. Alward.
«Le gouvernement Graham est tout à fait sans scrupules et ses nominations partisanes et ses faveurs faites aux amis dépassent les bornes. Les gens du Nouveau-Brunswick devraient être très préoccupés par l’aptitude du gouvernement actuel à gérer de façon équitable lorsqu’ils voient se multiplier les exemples de favoritisme, comme celui dont il est question», a indiqué le leader de l’opposition, rappelant la récente garantie de prêt accordée à Atcon ainsi que l’aide financière donnée au terrain de golf Royal Oaks et à une institution financière.
Le contrat conclu avec l’agence est de trois ans et comprend une possibilité de renouvellement pour deux ans, sous réserve d’une évaluation et d’une révision annuelles. Une agence de Toronto va appuyer Revolution Strategy dans la mise en œuvre des campagnes de marketing du ministère du Tourisme et des Parcs.