92 % des Néo-Brunswickois ont un médecin de famille

BATHURST – Malgré la grogne suscitée par les différentes réfor­mes, le Nouveau-Brunswick se démarque du reste du pays pour ce qui est de l’accès et de la qua­lité des soins de santé primaires.

C’est ce que révèle une vaste étude de l’Institut canadien d’information sur la santé portant sur l’accessibilité et la qualité des soins primaires au pays.
Ces soins représentent le premier point de contact dans le système de santé.
On y apprend que 92 % des gens du Nouveau-Brunswick ont un médecin de famille alors que la moyenne au Canada est de 85 %.
«Nous avons une bonne réten­tion de médecins de famille ici. Les Néo-Brunswickois ne vivent pas ce que le reste du pays a vécu en matière de déficience en effectifs. Nous nous en sommes bien sortis malgré la fermeture d’hôpitaux et toutes sortes de choses. Alors, nous ne voulons pas perdre nos acquis et voulons conti­nuer à monter la courbe pour répondre à la demande», a dit le Dr Jean-Pierre Arseneau, président du Collège des méde­cins et chirurgiens du Nouveau-Brunswick lors d’une récente entrevue.
La province se classe au deu­xième rang, tout juste derrière la Nouvelle-Écosse (94 %).
Le Nunavut arrive bon dernier avec 13 %.
«Le Nouveau-Brunswick res­sort sur certains indicateurs comme celui des gens qui ont accès à un médecin de famille. C’est 7 % de plus que la moyenne canadienne, donc c’est assez révélateur», a confirmé Claude Lemay, porte-parole de l’Institut canadien d’information sur la santé.
Les Néo-Brunswickois distribuent de bonnes notes pour ce qui est de l’excellente qualité des soins de première ligne reçus et de leur accessibilité.
De ce fait, ils n’hésiteraient pas à recommander leur médecin à d’autres.
Ils ont indiqué un taux de satisfaction à 82 % (76 % au Canada). Seulement 4 % d’entre eux disent avoir eu de la difficulté à obtenir des soins. Il s’agit du plus bas pourcentage à l’échelle nationale dont la moyenne s’élève à 13 %.
«Au niveau de l’accessibilité, le Nouveau-Brunswick semble clai­re­ment s’en sortir mieux que les autres provinces. C’est comme si on décrit une situation où presque tout le monde a un médecin de famille, ils l’ont depuis longtemps et n’ont pas de difficulté à y accéder lorsqu’ils en ont besoin», a noté M. Lemay.
Marie-Marthe Roy, une cito­yen­ne de Beresford, souffre de fibromyalgie depuis une dizaine d’années. Elle est reconnaissante au travail qu’accomplissent les médecins.
«Mon médecin de famille est à l’écoute. J’apprécie son ouvrage, j’apprécie sa détermination à me voir guérir. Les médecins sont des anges. Souvent, on se plaint, mais je peux vous dire que nous avons du bon service en santé ici», a-t-elle reconnu.
Le Nouveau-Brunswick compte plus de 720 médecins de famille.