Antoine David, 16 ans, remporte le Marathon de la relève à Roberval

ROBERVAL – La Traversée internationale du lac Saint-Jean n’a pas à s’inquiéter pour son avenir. Surtout après les performances des jeunes athlètes, réalisées vendredi, dans des conditions climatiques pas vraiment faciles.

Antoine David a fait fi de ces conditions et il a remporté haut la main les grands honneurs de la 17e édition du Marathon de la relève Rio Tinto Alcan. Le jeune nageur de 16 ans, de Charlemagne, a franchi les 10 km, séparant Mashteuiatsh de Roberval, en un temps de deux heures, 29 minutes et 21 secondes. Il a devancé le Sherbrookois Alexandre Day par près de neuf minutes.

Béatrice Pineau, de Boischatel, a causé la surprise en s’appropriant du troisième rang, tout en étant la première femme à toucher le fil d’arrivée. Agée de 16 ans seulement, elle a chauffé Day dans les derniers mètres, pour finalement terminer avec un retard d’à peine 48 secondes.

Alexandre Lemieux-Fortin (2:39:26), de Montmagny, a pris le quatrième rang, devant Etienne Couture (Danville) et Frédéric Marois (Québec). Jasmine Frappier (Saint-François-Xavier) a bouclé la compétition en septième position – deuxième chez les dames.

Participer à une toute première compétition au lac Saint-Jean n’a pas semblé déranger le champion outre mesure.

« Au départ, mon objectif était de me forger une avance confortable le plus rapidement possible, ce qui a été fait puisqu’après 1000 mètres, cette avance était de cinq minutes environ. En fait, j’ai démarré très rapidement et j’ai réussi à maintenir mon rythme pratiquement intact jusqu’à la fin », a noté David.

Non seulement David a-t-il vaincu vents et vagues, mais en plus, il semblait frais comme une rose en touchant le fil d’arrivée.

« Je me suis entraîné dans les vagues afin mieux me préparer pour le lac Saint-Jean. Honnêtement, je m’attendais à pire, surtout au niveau de la température de l’eau. Un jour, je ferai sans doute la grande traversée, mais on va attendre un peu », a-t-il indiqué.

Day ne s’attendait pas à finir deuxième.

« Je n’ai pratiquement pas fait de natation en eau libre jusqu’à maintenant, sauf peut-être une fois au bassin olympique. Je venais surtout au lac Saint-Jean pour m’entraîner en vue des épreuves de triathlon. Et comme je ne suis pas résistant à l’eau froide, je ne visais rien en particulier.

« Toutefois, lorsqu’on m’a annoncé ce matin que la température de l’eau était aux environs de 21 degrés, j’ai presque sauté de joie. Au départ, Antoine David s’est vite échappé et durant environ trois kilomètres, je faisais partie d’un peloton avec trois autres nageurs, de sorte que ma chaloupe de ravitaillement n’arrivait pas à se placer près de moi. C’est à ce moment-là que j’ai décidé d’accélérer, et par la suite, je n’ai jamais regardé en arrière », a expliqué l’athlète de 18 ans, en se promettant bien d’être de retour l’an prochain.

Pineau aurait bien aimé dépasser Day et se faufiler au deuxième rang. N’empêche que l’athlète de Boischatel a retranché 17 minutes à son temps de l’an dernier, alors qu’elle avait terminé également au premier rang chez les dames, mais sixième au général.

« Physiquement et mentalement, j’étais définitivement mieux préparée cette fois-ci, a-t-elle souligné. Il va sans dire qu’en début de course, nous avons oublié rapidement Antoine David, qui est parti très vite. J’ai espéré jusqu’à la fin pouvoir rejoindre Alexandre (Day), mais il m’en a manqué un tout petit peu. D’ailleurs ce dernier m’a agréablement surpris, aujourd’hui.

« En ce qui a trait à la possibilité de faire la grande traversée, je dois inévitablement attendre encore deux ans, et rien ne dit que je n’y serai pas. Entre-temps toutefois, j’aurai bien d’autres choses à apprendre, mais on y arrivera », note la sympathique jeune nageuse.

Des 25 nageurs et nageuses inscrits au départ de ce Marathon de la relève, un seul a été retiré et il s’agit de Sabryna Lavoie, d’Alma.

Par ailleurs, 23 nageurs, 12 hommes et 11 femmes en provenance de onze pays différents quitteront le quai de Péribonka, sur le coup de 8h00, samedi, pour un long périple de 32 km vers Roberval, dans le cadre de la 55e Traversée internationale du lac Saint-Jean.

Du groupe, il va sans dire que les yeux seront tournés vers le Bulgare Petar Stoychev, qui tentera d’inscrire une neuvième victoire consécutive sur le Piékouagami.