Nigeria: couvre-feux instaurés dans le nord du pays après deux jours de violences

ABUJA – Les autorités nigérianes ont imposé mardi des couvre-feux et déployé les forces de sécurité dans les rues de plusieurs villes dans le nord du pays, une région où des attaques de militants islamistes contre la police ont fait en deux jours plusieurs dizaines de morts.

Des coups de feu sporadiques ont été entendus à Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno. Des échanges de tirs intermittents ont opposé des policiers à des militants dans la ville, selon Olugbenga Akinbule, un journaliste local. Il a fait état de 3.000 personnes déplacées à l’intérieur de la localité.

Les troubles ont commencé dimanche lorsque des activistes ont attaqué un commissariat à Bauchi, une ville du nord du pays. Ils se sont étendus lundi à trois autres Etats à majorité musulmane, les militants, qui cherchent à imposer un régime de type taliban dans le nord du pays, lançant une vague d’attaques coordonnées contre la police.

D’après le chef de la police nationale, Ogbonnaya Onovo, les violences de dimanche et lundi ont fait au moins les 55 morts: 50 rebelles et cinq policiers. Son porte-parole, Emmanuel Ojukwu, a précisé que les autorités poursuivaient le recensement des morts et des personnes arrêtées.

Lundi soir, le président nigérian Umar Yar’Adua a appelé au calme et ordonné aux forces de sécurité de « prendre toutes les mesures nécessaires pour contenir et repousser les attaques tristes et choquantes des extrémistes ».

Mohammed Maigari Khanna, porte-parole du gouverneur de l’Etat de Bauchi, a précisé qu’un couvre-feu du coucher au lever du soleil avait été instauré et que les forces de sécurité étaient déployées en nombre dans la région.

Dans le district de Wudil, dans l’Etat de Kano, 17 personnes ont été arrêtées dans la nuit de lundi à mardi, portant le total des suspects arrêtés à 53, selon Baba Mohammed, porte-parole de la police de Kano. Il a précisé que la situation était calme à Kano et que des renforts de police étaient arrivés pour soutenir les forces de sécurité locales.