Le futur plan Nord devra répondre aux besoins des régions

FREDERICTON – Le maire d’Ed­mundston demande que le plan d’action que prépare le gouvernement Graham pour le développement économique du Nord soit apolitique et permette d’éviter toute querelle entre Ottawa et Fre­dericton.
«Nous ne sommes pas là pour une guerre. Nous sommes là pour trouver une solution. Nous n’avons pas de temps à perdre pour les différences politiques. Nous n’avons aucune énergie à dépenser pour les différences politiques entre Ottawa et Fredericton ou entre les libéraux, les conservateurs et les néo-démocrates», de mentionner Jacques Martin.
Le ministre d’Entreprises N.-B., Victor Boudreau, est demeuré vague, hier, sur les actions concrètes qui pourraient faire partie du plan d’action que prépare le gouvernement Graham.
«Ce sera un plan avec des échéanciers et des objectifs fixes.
Je ne peux pas parler de la vision avant que le plan soit complété, mais il est clair que les régions de Moncton, Fredericton et Saint-Jean ne vivent pas les mêmes défis que le Nord. Il faut porter une attention spéciale au Nord et mettre des initiatives spéciales afin d’avoir un plan qui puisse satisfaire les besoins de cette région et qui est mesura­ble», a expliqué le ministre Bou­dreau.
L’Association francophone des municipalités du N.-B. (AFMNB) accueille favorablement l’initiative du gouvernement provincial pour une stratégie de développement du Nord. Elle travaille d’ailleurs depuis plusieurs mois avec le Conseil économique du N.-B. (CÉNB) et le Conseil d’entreprises du N.-B. pour l’adoption d’une stratégie.
«Les régions du nord du N.-B. font face à une situation d’urgence qui nécessite des actions concrètes et importantes», a indiqué le président de l’AFMNB et maire de Kedgwick, Jean-Paul Savoie.
«Il est essentiel que le N.-B. se dote d’une stratégie intégrée s’échelonnant sur plusieurs années, et même plusieurs décennies, pour inverser les tendances démogra­phiques et économiques actu­elles. Le potentiel de nos régions est intéressant et il peut être mis en valeur avec des stratégies fiscales et financières adaptées, ainsi qu’avec des investissements stratégiques au niveau des infrastructures», a continué M. Savoie.
Du côté du CÉNB, Louis-Philippe Gauthier, président de l’organisme, a tenu à préciser que le développement économique du Nord est l’une des principales préoccupations des gens d’affaires francophones.
«Pour nous, la question est simple. Nous voulons des initiatives, des budgets et une vision à long terme», a résumé M. Gauthier.
«L’argent, c’est une chose. Main­tenant, il faut déterminer les initiatives qui permettront au Nord du N.-B. de faire pleinement partie du développement économique de la province. On se réjouit de l’ouverture que le gouvernement démontre. Le concret sera connu dans les prochains mois», a précisé Louis-Philippe Gauthier.
Les maires d’Edmundston, Camp­bellton, Bathurst et Miramichi ont rencontré la semaine dernière les élus provinciaux pour obtenir une décentralisation des emplois dans la fonction publique vers ces quatre villes.
Ils rencontreront prochai­ne­ment les élus fédéraux du N.-B. pour leur faire part des mêmes doléances.

En bref… L’AFMNB a entrepris une consultation de ses membres sur les mesures à prioriser dans une éventuelle stratégie de développement des régions et à court terme, sur la stratégie de développement du Nord. L’Association fera part de ses recommandations au Comité mis sur pied par le gouvernement à l’issue de la rencontre du prochain conseil d’administration qui se déroulera à Saint-Quentin le 28 et 29 août…