Homard: de bonnes prises

ÎLE-DU-PRINCE-ÉDOUARD – La dernière semaine de la saison de pêche 2011 dans la zone 25 a été marquée par une tempête qui a causé des vagues impressionnantes au quai des pêcheurs à Cap-Egmont, sans toutefois causer aucun dommage permanent.

Robert Gallant est le président de l’autorité portuaire locale et il est aussi pêcheur de homard à Cap-Egmont.

Rejoint au lendemain de la tempête du 5 octobre, il était soulagé que le quai n’ait pas subi de dommages, surtout que des travaux avaient été faits en juillet.

«On a eu de l’argent pour refaire la surface en ciment. C’était tout brisé, maintenant, c’est mieux. Et puis, on a aussi fait du dragage encore cette année, car le sable s’accumule à l’entrée et empêche les bateaux de sortir et d’entrer à marée basse. C’est ça qui arrive avec les tempêtes. Elles ne causent pas nécessairement de dommages visibles mais elles changent le sable et les algues de place. Peut-être qu’on aura de nouveau besoin de draguer le fond l’année prochaine», dit Robert Gallant.

Selon lui, les prises pour la saison ont été bonnes, sans être excellentes, mais les prix sont restés trop bas tout au long de la saison, à 3,25 $ pour le petit homard de conserverie et 3,50 $ pour le homard destiné à être vendu vivant.

«Ce n’est pas assez pour faire une vie», dit Robert Gallant.

L’avenir de la ressource du homard est une préoccupation constante pour les pêcheurs, et ceux de Cap-Egmont ne font pas exception. Ils se demandent encore si le pont de la Confédération est responsable des changements dans le détroit, et ils n’ont pas vraiment de réponses.

«Il y avait coutume qu’on pêchait de Cap-Egmont jusqu’à Summerside. C’est là qu’était le homard. En face de l’église de Mont-Carmel, c’était bon. Là, depuis 10 ou 15 ans, on ne pêche plus là parce qu’il n’y a plus de homard. On va vers l’ouest.»

Les pêcheurs de Cap-Egmont ont fait d’assez bonnes prises, mais d’autres ont eu moins de chance. La température de l’eau est restée plus froide que la normale pratiquement tout l‘été et les homards n’étaient pas aux endroits habituels.

-Pour d’autres nouvelles de la communauté francophone de l’Île-du-Prince-Édouard, consultez le site web du journal La Voix acadienne.