La victime Michael Alexandre McGraw a été frappée au cou

TRACADIE-SHEILA – Les détails entourant le décès de Michael Alexandre McGraw se précisent, après le troisième jour du procès criminel d’Aldin McLaughlin, accusé d’homicide involontaire avec négligence criminelle dans ce cas.

Il est désormais plus facile de comprendre comment Michael Alexandre McGraw a perdu la vie le 7 novembre 2010 après une soirée bien arrosée chez Aldin McLaughlin, à Pointe-à-Tom.
M. McLaughlin était âgé de 63 ans au moment de ces événements.
Les deux hommes se taquinaient vertement et se bousculaient sans animosité au moment du drame, selon les divers témoignages. À la suite de cette altercation, Michael Alexandre McGraw a été blessé mortellement au cou, du côté gauche. Il avait 18 ans. Il n’y avait rien d’inhabituel dans son comportement, ont rapporté les témoins.
Par contre, les témoignages entendus vendredi suggèrent que McGraw n’est pas tombé au sol sur un objet perforant ou coupant, comme le suggéraient les premières déclarations aux policiers. Il aurait plutôt été atteint au cou par un morceau de verre assez pointu pour y perforer un trou suffisamment gros pour que s’en échappe une importante quantité de sang et qu’il en meure.
D’après ce qui se dégage des transcriptions issues de l’interrogatoire, la mémoire a semblé revenir un peu à Aldin McLaughlin. Il en est ressorti que lors de cette tirade, celui-ci aurait tenté d’asperger de bière McGraw, en retenant de sa main gauche le bras du jeune homme et en levant son verre en direction de son visage, de sa main droite.
«Je me vois faire ça, et après, Scott (l’ami de la victime) a crié qu’il saignait», a-t-on pu entendre dire le sexagénaire dans un extrait vidéo de l’interrogatoire mené par le sergent Jean-René Levesque dans les 24 heures qui ont suivi ces événements. À plusieurs moments au cours de ce long interrogatoire, Aldin McLaughlin a dit ne pas se souvenir des détails, ni même s’il avait un verre à la main.