Saint-Antoine se dotera d’un centre multifonctionnel

SAINT-ANTOINE – Tout indique que le Village de Saint-Antoine se dotera d’un centre multifonctionnel, qui abritera notamment les bureaux de la municipalité.

L’édifice de 23 445 pieds carrés, qui serait érigé au centre de la municipalité, coûterait de 4,5 à 5 millions $, selon les responsables du projet.

Le concept a été présenté à une trentaine de citoyens présents à la réunion publique, mardi soir, au Club de l’âge d’or de l’endroit.

La structure abriterait également la bibliothèque, une salle communautaire, un musée, une galerie d’exposition, la Caisse populaire acadienne et le bureau de poste.

Cet édifice pourrait aussi accueillir une pharmacie et un bureau de dentistes, mais rien n’est coulé dans le béton en ce moment.

«Nous sommes ouverts aux possibilités», a assuré la mairesse, Roseline Maillet.
Actuellement, les bureaux municipaux sont situés sous le même toit que la caserne des pompiers, dans un édifice qui date de 1975.

«Moi, je n’ai même pas de bureau. J’ai juste une petite chaise et une petite table», a dit Mme Maillet.

La période de questions à la suite de la présentation de la firme d’ingénierie a été relativement tranquille, même si la mairesse a assuré que le taux d’imposition de la municipalité grimperait pour réaliser un tel projet.

«J’ai été surprise qu’il n’y a pas eu plus de questions que cela. Tout le monde semblait très content de ce qui a été présenté. Ce fut vraiment positif. Les gens réalisent que nous ne pouvons pas avoir quelque chose pour rien», a raconté Mme Maillet.

Le taux de taxation à Saint-Antoine est de 1,2142 $ par 100 $ d’évaluation.

Une augmentation de cinq cents représenterait un revenu supplémentaire de 45 000 $ pour la municipalité, soit l’équivalent des coûts de fonctionnement et d’entretien annuel du nouvel édifice.

«Je suis en accord de payer plus de taxes si nous recevons des services additionnels. Un tel édifice sera bon pour notre économie et ça sera un atout pour la communauté. J’appuie ce projet à 100 %», a fait savoir Jérémie Goguen, un jeune citoyen âgé de 25 ans.

Irma Richard aurait aimé voir plus de jeunes adultes à cette réunion publique.
«Je n’ai pas de maison et, à mon âge, ça ne va pas me déranger cette augmentation de taxes. Ça va peut-être déranger les plus jeunes. Moi, je suis vraiment pour le projet. J’ai des enfants et de petits-enfants qui pourront en profiter», a commenté Mme Richard.

Le député provincial de Kent-Sud, Claude Williams, était un citoyen attentif, mardi soir.

Il croit que son gouvernement sera en mesure de donner un coup de main lorsque le temps viendra.

«Il y a différents programmes qui existent. Nous avons vu des projets semblables au Nouveau-Brunswick. C’est un projet communautaire. Nous allons regarder cela de très près lorsque nous recevrons une demande», a-t-il dit.

La balle est maintenant dans le camp du conseil municipal de Saint-Antoine, qui devra accepter le projet avant de choisir son modèle de financement.

«Le concept qui a été proposé ce soir (mardi) est un plan préliminaire. Il faudra le finaliser», a précisé Roseline Maillet.