Tracadie-Sheila a besoin d’un parc et d’aires de jeu

TRACADIE-SHEILA – Foi de Molly Thériault, Tracadie-Sheila sera dotée d’un beau parc pour les familles de la région et les touristes.

Fortement préoccupée par l’absence d’une telle infrastructure dans sa ville, la jeune mère de famille de 20 ans a décidé de lancer une
campagne pour que soit établi à Tracadie-Sheila un parc avec aires de jeu, de repos et de sites de pique-nique avec vue sur la mer.

Elle juge désolant de voir les familles de la région devoir se déplacer dans d’autres secteurs de la Péninsule acadienne pour profiter de telles infrastructures, à l’image de certains touristes qui font de même, puisqu’ils ne trouvent pas tout ce qu’ils cherchent, principalement les familles.

À titre d’exemple, une famille qui veut passer une journée dans le Grand Tracadie-Sheila doit se rendre à Néguac, à l’Île-aux-foins, pour profiter d’un tel parc. Après le dîner, ce petit groupe se rend ensuite à Rivière-du-Portage ou à Val-Comeau pour profiter des plages.

Une fois à Tracadie-Sheila pour l’heure du souper, difficile de trouver un endroit pour pique-niquer, sinon dans les alentours de la marina ou sur les berges, où les aires de repos et de pique-nique sont rares, et les infrastructures de jeux inexistantes.

Mme Thériault trouve la situation d’autant plus incompréhensible que la Ville de Tracadie-Sheila caresse de grands projets, en plus de se présenter comme un endroit de choix pour y accueillir de jeunes familles.

Elle a donc décidé de prendre les choses en main, même si elle ne s’était jamais engagée avant dans une telle cause.

«Ici, la ville grossit et il n’y a personne qui agit. Alors, ce serait bien si on pouvait faire avancer le dossier», de plaider Molly Thériault.

«J’habite Tracadie-Sheila, et si je veux faire quelque chose de spécial avec mon enfant, je vais à Caraquet (au Carrefour de la mer) pour faire une activité extérieure», poursuit-elle, en mentionnant qu’un parc comme elle préconise pourrait être aménagé dans les environs de Villégiature Deux Rivières, entre autres.

Une pétition circule depuis une semaine à cet effet. Parallèlement à cette initiative, un comité s’est rapidement formé autour de Mme Thériault, en guise d’appui pour la réalisation de ce projet.

Elle dit recevoir des appuis de plusieurs intervenants de la région de Tracadie-Sheila et d’autres secteurs de la Péninsule acadienne, dont des médecins et d’autres professionnels de la santé, et même un important organisme qui fait la promotion du mieux-être. D’autres partenaires de choix sont également à prévoir.

Armée d’un dossier étoffé et accompagnée de plusieurs collègues, la jeune femme entend soumettre la question au conseil municipal de Tracadie-Sheila, à la prochaine réunion publique, le 28 novembre, à 19 h. Il sera alors possible d’entendre la position de la Ville sur le sujet.