Urgence de Caraquet: la ministre vertement critiquée

CARAQUET – Le député de Caraquet, Hédard Albert, fulmine. Las de voir le Réseau de santé Vitalité et la ministre de la Santé se renvoyer la balle sur le dossier de l’arrêt d’ambulance à Caraquet, il demande formellement à la ministre Madeleine Dubé de «se réveiller» et de donner une réponse le plus tôt possible.

«La ministre a le plein pouvoir pour prendre une décision sur le retour de l’arrêt d’ambulance à l’hôpital de Caraquet et pour faire cesser cette mascarade. La ministre aurait pu annoncer dès le mois suivant les élections la réouverture de l’urgence à Caraquet, parce que la construction des salles d’isolation prend généralement de quatre à six mois. Et elle a le budget pour remettre le tout en place», tranche le député, avouant son exaspération devant ce silence qui perdure de sa collègue du gouvernement.

Hédard Albert rappelle qu’en pleine campagne électorale, et le premier ministre David Alward, et sa future ministre de la Santé s’étaient clairement prononcés en faveur du retour de l’arrêt d’ambulance et du statut d’urgence à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus.

«Où est le premier ministre aujourd’hui? Que pense-t-il de ce dossier? Pourquoi après plus d’un an au pouvoir, n’avons-nous pas encore de réponse?», tempête le député, estimant que ce mutisme cache un jeu de coulisses néfaste pour l’hôpital de Caraquet.

«Il y a quelqu’un, quelque part, qui ne veut pas que les services reviennent à Caraquet. Il faut que le gouvernement répare ce qu’il a brisé en 2005 et que nous avons voulu réparer durant notre mandat», martèle-t-il.

Le Comité action H ne compte pas se laisser faire

Le Comité action H ne compte pas laisser passer les récents développements dans le dossier de l’hôpital de Caraquet comme une lettre à la poste.

La porte-parole de l’organisme, Mireille Manuel, a mentionné en entrevue dans les bureaux du journal que le comité allait organiser d’autres moyens de pression au cours des prochains jours.

Mireille Manuel croit de plus que la condition imposée par la ministre Madeleine Dubé, voulant que les deux équipes doivent travailler en «harmonie» afin de concrétiser le retour des services à Caraquet, est quelque peu tirée par les cheveux.

«C’est comme si la ministre demandait que le retour de l’urgence à Caraquet soit voté à l’unanimité. Il y aura toujours des médecins qui seront contre. Est-ce que son gouvernement retournerait continuellement en élections parce qu’il a moindrement un peu d’opposition? Voyons donc! On voit bien que ça ne tient pas debout», a-t-elle imagé.

Mireille Manuel se demande également à quoi rime la position de la docteure Chiasson et du Réseau de santé Vitalité à la suite d’un vote tenu en assemblée le 7 novembre. Les médecins présents s’étaient alors prononcés majoritairement en faveur du retour de l’arrêt d’ambulance et du statut d’urgence à l’hôpital de Caraquet.

«Les médecins n’ont pas voté sur ce sujet les yeux fermés! Pourtant, c’est comme si on leur disait qu’ils n’étaient pas assez compétents pour prendre une décision éclairée. Même le Réseau de santé Vitalité avait voté oui et un gros travail avait été fait depuis. La dernière chose que je souhaite, c’est un retour à la case départ», a-t-elle exprimé.

Tout comme lundi, la ministre de la Santé n’était pas disponible pour réponse à nos questions, mardi. Mercredi, une porte-parole a fait savoir que la ministre n’avait rien à ajouté dans ce dossier pour le moment.