Le Centre des arts d’Edmundston prend forme

EDMUNDSTON – La transformation de l’ancienne église anglicaine St. Paul en un futur centre des arts est amorcée à Edmundston.

Depuis deux semaines, des travailleurs s’affairent à éliminer tout ce qui ne sera pas nécessaire au projet à l’intérieur de l’édifice.

Le Centre des arts de la Petite église est une initiative de 3 millions $ ayant obtenu l’appui financier des gouvernements fédéral, provincial et municipal.

Ottawa versera 1,7 million $, alors que le Nouveau-Brunswick y injectera 500 000 $. La Ville d’Edmundston y apportera aussi une contribution de près de 800 000 $.

L’enceinte de l’ancienne église est celle qui sera le plus épargnée. Elle accueillera la salle de spectacles proprement dite. Une nouvelle scène sera aménagée. Les anciens bancs seront retirés au profit d’un nouvel ameublement.

Le sous-sol abritera les loges pour les artistes, des ateliers de travail, ainsi qu’une salle de répétition et une autre dite mécanique pour l’équipement relié à la scène.

L’ancienne salle communautaire de l’église St. Paul aura une toute nouvelle allure. Elle deviendra un espace à deux étages.

À cet endroit, on y retrouvera une salle multifonctionnelle, une galerie d’art, des ateliers de travail, un bureau pour une employée du Service des loisirs et de la culture de la Ville d’Edmundston, une cuisinette et des toilettes.

Les investissements comprennent toutes les dépenses reliées à l’aménagement de la nouvelle scène, que ce soit au niveau du son ou de l’éclairage.

Un deuxième appel de soumissions pour le début de l’aménagement de l’intérieur du bâtiment sera lancé en décembre.

«Une fois que l’édifice aura été vidé de ce qui n’est plus utile à l’intérieur, on repart de zéro avec seulement la coquille et ses quatre murs. Tout le projet sera concrétisé avec le financement obtenu. Si tout va comme prévu, son inauguration se fera en septembre 2012», a mentionné la porte-parole du Service des loisirs et de la culture de la Ville d’Edmundston, Lynne Beaulieu-Picard.

L’entrée à la salle se fera sur le côté de l’édifice. Dans le lobby, on retrouvera un ascenseur et des escaliers permettant aussi d’accéder au deuxième étage du bâtiment.

Même s’il n’y aura pas de stationnement pour le centre, Mme Beaulieu-Picard ne s’en fait pas pour autant.

«Il y a 800 espaces de stationnement au centre-ville qui ne nécessitent que quelques instants de marche pour se rendre au centre», a-t-elle souligné.